La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches L’obscur objet du voyage

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Maïa Bouteillet

Le Voyage inachevé

Disparu prématurément à l’âge de 40 ans, Shiva Naipaul n’aura pas eu le temps de construire une œuvre aussi conséquente que celle de son célèbre aîné, V.S.Naipaul. Pourtant, à lire Le Voyage inachevé du premier, on pense au deuxième tant les thèmes explorés par l’un et par l’autre sont proches. Le racisme, le tiers-monde, les sociétés modernes et l’héritage post-colonial, autant de questions qui tiennent a priori plutôt du documentaire ou de l’essai, mais où, ici, affleure constamment l’autobiographie. Né en 1945 dans l’île de Trinidad, l’auteur appartient à une communauté d’Indiens de religion hindoue originaires de l’Uttar Pradesh et émigrés dans les îles des Antilles britanniques au temps de l’Empire. Fils de journaliste, éduqué à Oxford, Shiva Naipaul devient écrivain voyageur comme on part à la recherche de soi, dans une inépuisable quête de ses origines. « Tout voyage est une forme graduelle d’auto-anéantissement » note-t-il dans ce livre qui regroupe ses derniers écrits. Une quête hasardeuse que l’auteur compare à l’écriture d’une œuvre de fiction. « Quand on commence, on ne sait pas forcément où l’on va ni pourquoi on y va » précise-t-il encore comme pour éclairer le paradoxe de ce projet sur l’Australie qui démarre au Sri Lanka et qui sous-tend au fond l’ensemble de l’ouvrage. Un paradoxe revendiqué dès le premier article intitulé Pourquoi l’Australie ? où Naipaul s’en explique : « la question, pour »naturelle« qu’elle soit, témoigne d’un manque de compréhension de la manière dont naît un livre et dont un écrivain tel que moi se met à la tâche. La question cherche à pénétrer dans des régions qui devraient demeurer discrètement inviolables, dont on devrait respecter les points obscurs. » Et en ce sens-là, le voyage ne saurait s’achever. A mi-chemin entre la chronique, l’essai, le point de vue, le récit ou encore la fiction -l’auteur se joue de toute classification hâtive- cette somme révèle avant un tout un esprit résolument indépendant, hostile à tout préjugé

Le Voyage inachevé
Shiva Naipaul

Traduit de l’anglais par
V. Barranger et C. Belvaude
10/18
169 pages, 41 FF

L’obscur objet du voyage Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4,00 €