La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Stratégie des cornichons

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Éric Dussert

Las d’attirer mépris et quolibets, le romancier-dramaturge Raymond Cousse avait pris pour cible de ses sarcasmes la critique française. Feu nourri.

Ceux qui regrettent la disparition des pamphlétaires et des imprécateurs à l’ancienne se féliciteront de la réédition d’A bas la critique !. Sous ce titre vengeur, Raymond Cousse avait rassemblé entre 1978 et 1983 pour les éditions Rupture des « lettres et pamphlets » rédigés à l’aide d’une plume coruscante, drôle et abrasive. Ces textes parfois un peu injustes mais tellement délectables ne doivent pas passer inaperçus.
Né en 1942, Raymond Cousse était un homme talentueux glissé dans la défroque d’un créateur marginal. Biographe et promoteur d’Emmanuel Bove, romancier, auteur dramatique, metteur en scène et comédien, il a obtenu les louanges de Beckett et d’Ionesco. Ses pièces se sont jouées beaucoup, à l’étranger surtout comme en témoigne le récit de ses tournées extra-européennes, L’Envers vaut l’endroit et Découverte de l’Afrique (Le Dilettante, 1986 et 1991). La France en revanche est restée rétive à son talent. Cousse butait sur une presse insensible à son travail et à son ton. C’est pourquoi, au risque de brûler ses navires précocement, il est rentré dans le lard de la critique littéraire afin de dévoiler son imposture et sa médiocrité.
En 1983, Bertrand Poirot-Delpech se plaignait dans Le Monde que la rosserie littéraire n’était plus un sport à la mode. Il aurait mieux fait de se taire car Cousse l’a éreinté consciencieusement avant de préciser : « La polémique ne m’intéresse que dans l’exacte mesure où elle me permet de stimuler et d’exacerber mon art ». Chez l’auteur du fameux roman Stratégie pour deux jambons (Librio, 1996), cette déclaration contenait la promesse d’un feu nourri de méchancetés et de sarcasmes. La profession des « esclaves salariés » allait en prendre pour son grade. Parmi tant d’autres, André Brincourt est peint en « gâteux » du Figaro, son collègue François Nourrissier « pédale légèrement à côté du vélo ». Passons sur le sort scatologique réservé à Angelo Rinaldi le « roquet hargneux » de L’Express (versé depuis au Nouvel Observateur), passons aussi sur la leçon d’humilité adressée à Jacques Fauvet (Le Monde)… Certes, les arguments de Cousse ne brillent pas toujours par leur élégance mais ils font mouche. Témoin Bernard Pivot, victime expiatoire, choisi parce qu’il incarne selon le pamphlétaire la France poujadiste : c’est « un trou noir dans lequel vient se perdre toute culture vivante (tandis que) réussite tapageuse, affichage du mercantilisme, charognerie sans limite deviennent les critères de la valeur artistique ».
On dit parfois que la critique est facile, par conséquent que la critique de la critique est aisée. Mais que constate-t-on ? La plupart des critiques épinglés trônent toujours. Vingt ans après, ils légifèrent encore à tort et à raison. Tous ? non, Raymond Cousse a mis fin à sa propre carrière. « Je ricane fort peu moi-même en écrivant, avouait-il. Ce n’est qu’une manière de camoufler le tragique. » Et le tragique a débordé : Cousse s’est suicidé le 2 décembre 1991. Qui prendra la relève ? Son livre qui n’est pas seulement une séance d’entartage pose des questions essentielles, mais ont-elles encore un sens ? Où en est aujourd’hui le journalisme littéraire ? Quels sont aujourd’hui les critiques dignes d’intérêt ? Nous-mêmes, sommes-nous tellement innocents ? Il est difficile de répondre à certaines de ces questions, preuve que Raymond Cousse nous manque.

A bas la critique !
Raymond Cousse

Cent pages
160 pages, 59 FF

Stratégie des cornichons Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €