La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La gomme de Staline

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Dominique Aussenac

Les Assassins de Durruti

Pourquoi la révolution espagnole a-t-elle été si occultée ? Pourquoi une telle chape de plomb sur les idées générées par ce formidable laboratoire social, libertaire que fut l’Espagne d’avant le coup d’état franquiste ? Que sont devenus les rescapés, combattants, militants anarchistes de la CNT et de la FAI ? Pere Dufour, journaliste parisien, enquête sur la transformation de Barcelone à l’occasion des Jeux Olympiques de 1992. Pour qu’enfin la capitale catalane ne tourne plus le dos à la mer, les quartiers les plus populaires, les quartiers de la mémoire ouvrière sont rasés, les populations déplacées. Barcelone se veut propre et clinquante, un des effets de la modernité et du socio-libéralisme triomphant. « Heureusement qu’on a une municipalité socialiste, ricane-t-il. Toujours les mêmes cons qui trinquent, hombre ! » A travers cette enquête, Pere Dufour fils d’un compagnon de Durruti, le chef anarchiste de la célèbre Colonne de Fer, retrouve son passé dans le carnet de bord de ce père, mort au combat. Jour après jour y sont consignés l’enthousiasme, la révolte, les doutes, le refus de la militarisation. Jour après jour, la figure lumineuse de Durruti s’obscurcit et les accusations de dévoiement de l’idéal révolutionnaire anarchiste, de collusion avec les staliniens se font plus vives.
Ce roman dénonce le rôle de Moscou (manipulations, enlèvements, meurtres, déportations d’anarchistes, de trotskistes, de communistes du POUM, etc.) dans l’échec de la révolution espagnole et son occultation. Ce deuxième ouvrage de Sylvain Fourcassié, quinquagénaire, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères, est un chant d’amour à la ville de Barcelone et à la fraternité anarchiste, écrit avec vivacité, simplicité, générosité.

Les Assassins de Durruti
Sylvain Fourcassié

Verticales
123 pages, 95 FF

La gomme de Staline Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €