La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le glas et les bouffons

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Eric Naulleau

Les mémoires d’un carillonneur sarde ou un nouveau son de cloche dans la littérature de guerre. Troisième roman traduit de Francesco Masala.

Ceux d’Arasolé

Ceux d’Arasolé » désigne une dizaine d’habitants d’un minuscule village sarde (« Si petit que l’odeur d’encens qui sort de la vieille église de Prêtre Fele arrive jusqu’aux dernières maisons. ») envoyés sur le front russe durant la Seconde Guerre mondiale et dont un seul -le narrateur- est revenu en vie. Les modestes héros de Francesco Masala (né en 1916) prennent la route qui mène à leur mort avec pour seul viatique quelques provisions dans un mouchoir à carreaux « si grand, si grand, que d’une douzaine on peut recouvrir les vignes des pauvres dans les salti pierreux de Caradé. » et trois couleurs en tête : « À présent, devant le feu tricolore, Serafina pleurait pour la deuxième fois de sa vie. Quel monstre à trois yeux : l’un rouge comme l’œil du sanglier, l’autre vert comme l’œil du lézard, le troisième jaune comme l’œil de la chèvre. » À la faveur d’une simplissime mais fort habile construction narrative (le texte s’organise autour de l’office funèbre qui marque le vingtième anniversaire de la disparition des conscrits), l’auteur parvient dès lors à mener simultanément une chronique villageoise et un récit de guerre. Les amateurs de bouffonneries y trouveront parfois leur compte, notamment avec cette trouvaille des chefs du parti des pauvres, le parti de ceux qui ont les lèvres blanches« qui décident d’afficher leurs convictions progressistes sous la forme de deux silhouettes humaines à une fenêtre : « L’attitude des deux sculptures en fer forgé était, à vrai dire, particulièrement impudente et obscène : l’homme pointait son membre en direction de la femme qui se protégeait d’une main tenant un chapelet. » Le parti clérical se hâte de placer une feuille de vigne à l’emplacement crucial et le parti opposé d’ôter celle-ci à peine revenu au pouvoir, si bien que les étrangers au village s’informent ordinairement en ces termes du résultat des élections : « -La feuille, y est-elle ? » Voici qui paraît plus réjouissant que l’alternance des portraits présidentiels dans les administrations françaises.
L’épisode guerrier proprement dit se situe à même hauteur d’homme. Pauvre tragédie avec le froid dans le rôle du destin, les poux dans celui du chœur antique, les quatre planches de latrines réservées aux officiers en guise de murailles de Troie. Nos villageois dévalent tous les degrés de l’horreur, se nourrissent de savon puis de chair humaine sans jamais manquer de tirer des événements quelque amer enseignement : « Dans la nuit russe, il me sembla être à Arasolé, durant le carnaval. Ici aussi, nous marchions en colonne, deux par deux, tête basse et muets. (…) Autour de nous, il y avait les Russes, les vainqueurs, »insocatores" qui, au lieu d’un lasso, avaient un fusil baïonnette au canon. C’était l’habituelle histoire d’Arasolé : les Mammutones, les vaincus, les prisonniers, que l’on conduit, comme toujours, vers leur destin. » Neuf portraits de mortels bien communs, broyés par les rouages de l’Histoire, dont le plus saisissant reste peut-être celui de Gavino Tric-Trac, le dernier sorcier du village, qui marche à sa perte en récitant la « grande conjuration » : « Ami, bel ami, ennemi, des douze paroles sept je te dirai : sept pour les sept péchés capitaux, six pour les six candélabres, cinq pour les cinq plaies du Christ… » Mis en valeur par une belle traduction, ce petit livre est un véritable bijou littéraire qui donne grande envie d’en connaître davantage sur cette prose de Sardaigne encore fort méconnue par chez nous.

Ceux d’Arasolé
Francesco Masala

Traduit de l’italien (Sardaigne) par Claude Schmitt
Zulma
96 pages, 89 FF

Le glas et les bouffons Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €