La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Il a jamais tué personne, mon papa

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Nathalie Dalain

Il a jamais tué personne, mon papa

J’ai souvent demandé au petit Jésus que mon papa ne boive plus et qu’il ne tue pas maman. J’en profitais aussi quand c’était Noël, pour demander, en plus, un cadeau« . Ainsi commence cet étrange petit livre, qui, par de brèves et édifiantes anecdotes retrace l’enfance de son auteur. Entre un père médecin de campagne qui fait ses visites en pantoufles et abuse du Byrrh, et une mère épuisée qui tente vainement de sauver les apparences. En gardant intact son regard de garçonnet crédule face au désastre famillial, Jean-Louis Fournier prend le parti de l’humour. Chaque récit est consacré à un événement relatif aux turpitudes paternelles, de »papa et le bourre fondu« à »papa et ses suicides« . Avec sa naïveté feinte, Fournier crée un décalage certain qui lui permet de rendre la violence et la folie ambiante si ubuesque, qu’il désamorce tout misérabilisme et morbidité. »Papa aimait bien se suicider. Il l’a fait plusieurs fois. Il se suicidait souvent le dimanche, à midi quand tout le monde était là, de préférence quand c’était un repas de fête". Cet ouvrage n’en reste pas moins émouvant, car l’on ressent nettement son aspect cathartique.

Stock
150 pages, 79 FF

Il a jamais tué personne, mon papa Par Nathalie Dalain
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6.50 €
LMDA PDF n°27
4.00 €