La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rires dans la nuit

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Eric Naulleau

Les Ombres de la nuit

Contrairement à leurs collègues albanais (qui s’expriment dans la même langue) les écrivains kosovars ne sont guère traduits en français. Saluons donc la parution par chez nous de ce premier recueil d’Eqrem Basha (né en 1948) sur lequel planent comme on pouvait s’y attendre les ombres de la guerre et de l’ethnocide qui ravagèrent durant dix années son malheureux pays.
Lorsqu’on représente un peuple dont fut planifiée la totale extermination, il n’est certes guère aisé d’éviter les écueils d’une littérature de pur témoignage. De fait, le lecteur ne trouve tout d’abord dans le présent ouvrage que fort peu de chair textuelle à ronger autour de l’os des paraboles les six premières nouvelles noyées de ténèbres et de brouillard, peuplées de vivants plus morts que les défunts, sans oublier quelques taupes rebelles et autres escargots obstinés, disent sans excessive subtilité le destin d’une nation martyre. Les choses s’arrangent peu à peu jusqu’à ce que l’auteur donne la pleine mesure de son talent dans la dernière partie du volume. Entre un huis clos beckettien (Les Guetteurs du vide), un texte daté de 1994 très troublant tant il annonce les événements à venir jusqu’à l’intervention de l’OTAN (Sale engeance) et un bel exercice de style (Histoire de l’ombre à la fenêtre et du point noir qu’elle voyait rouler au loin), mention spéciale pour À crever de rire, fable digne des meilleurs spécialistes du genre sur une fatale épidémie d’hilarité dans une ville qui pourrait bien être Pristina, chef-lieu du Kosovo : « Aujourd’hui encore, ses habitants se distinguent par des mines renfrognées, graves, revêches, bourrues, irritées, torturées. Cela est hors du commun, stupide, direz-vous, bon à secouer le ventre et à faire pouffer de rire -ah ! ah ! ah ! Mais prenez garde ! »

Les Ombres de la nuit
Eqrem Basha

Traduit de l’albanais par
Ch. Montécot et A. Zotos
Fayard
207 pages, 98 FF

Rires dans la nuit Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.