La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Rêver en préhistoire

avril 2001 | Le Matricule des Anges n°34 | par Philippe Savary

Jean-Loup Trassard recrée avec Dormance ces temps lointains où l’homme néolithique s’installa près de sa maison natale. Un roman épineux, éblouissant, comme sorti des vapeurs souterraines.

Les Derniers Paysans

Partageant son temps entre Saint-Germain-des-Prés et Saint-Hilaire-du-Maine (Mayenne) où il est né, Jean-Loup Trassard cultive une œuvre discrète et rare. Depuis quarante ans, son territoire d’écriture est celui d’un enracinement, heureux, sensuel et violent. Il s’étend au patois, aux cours d’eau, à la campagne de son canton, mais aussi à celle du Queyras, de l’Aubrac ou même de la Russie, qu’il a parcourue à bicyclette. Toutefois, ne lui dites pas qu’il est paysan, cela l’agace, malgré ses quelques bovins qu’il élève. « Il ne faut pas usurper l’identité de ces gens-là. Moi, j’ai eu une enfance de bourgeois. » Herbier d’odeurs, de bourdonnements, de sensations, de travaux agricoles, c’est à l’ombre des paysages et la terre à hauteur d’épaule que Trassard façonne ses livres. Adepte des textes courts (nouvelles ou récits), l’écrivain fait entrer le lecteur dans des mondes inconnus, et pourtant si proches. Sa perception de ce qui l’entoure, aiguisée par le souvenir, devient dès lors une aventure (un voyage ?), celle du regard et de l’écoute, qui ravive le temps présent. Cet amoureux de la langue (petit-fils de Claudel et de Ponge, disent certains) qui reconnaît, presque gêné, que Gallimard n’a jamais refusé une seule de ses lignes, n’est pas seulement écrivain. Il est aussi photographe et un ardent militant lorsqu’il s’agit de dénoncer le saccage continu de son bocage.
Aujourd’hui, l’écrivain fait paraître deux nouveaux volumes. Le premier, un recueil de photographies Les Derniers Paysans ranime le quotidien de l’agriculture traditionnelle à la lumière des jouets de son enfance. Le second, Dormance est sûrement de tous son livre le plus ambitieux. Trassard réécrit l’histoire de ceux qui ont civilisé sa terre natale, il y a trois mille ans. Ses personnages s’appellent Gaur -le héros du roman- Muh, Souaou, Pek. « J’essaie de faire sentir que leur vie est réelle », écrit Trassard. Dormance est un livre touffu, broussailleux. Au début, avouons-le, on s’y griffe, on s’y perd dans cette « confusion de sommeil et d’arbustes ». Mais par magie, sitôt le rythme de la marche découvert, c’est un monde nouveau qui se révèle, foisonnant, enivrant, celui de la mémoire de l’espèce, mêlée au plus près de la nature, mûrissant lentement par la grâce de l’écriture.

Comment vous est venue cette idée de roman néolithique ?
Le néolithique m’est apparu très tardivement comme étant une période privilégiée pour moi dans la mesure où c’est la naissance de l’agriculture et de l’élevage, le début des premiers tremblements. En fait, l’idée m’est venue il y a une quinzaine d’années, sans trop savoir pourquoi. J’ai noté sur une page l’idée d’écrire un petit roman préhistorique. J’ai laissé mûrir ce projet pendant plus de onze ans en prenant des notes qui étaient inventées et d’autres documentées. Puis un jour d’été, il y a cinq ans, je me suis mis à écrire. Moi, je suis rarement saisi par l’intrigue, davantage par une ambiance.
Y a-t-il des...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°34
4,00