La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Safe sex

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Gilles Magniont

Nous voilà donc devant la façade du Porno Palace, « édifice baroque et luxueux, voué aux films X, qui est également le plus ancien cinéma de Quinsigamond » -cité imaginaire, cadre symbolique où chute enfin l’Empire. Enfants perdus, cour des miracles, croisade puritaine, messie introuvable… et surtout le quartier du cinéma, zone underground et salace, lieu même du romanesque et de l’interdit. Le monde y « perd son équilibre » lénifiant, l’héroïne s’y écarte de la grand-route conjugale, laissant traîner un oeil sur de poussiéreuses estampes, frayant avec une actrice sophistiquée, s’enhardissant même à déguster des huîtres !
Il y a de quoi sourire du regard très juvénile, en fin de compte très américain, porté sur la décadence et les parcours sadiens. Quant à la réflexion sur l’ « image élémentaire » qu’esquisse Jack O’Connell (aux cyniques, aux pragmatiques de tout poil s’opposeraient ceux qui ont foi en les signes), elle apparaît bien fumeuse. Pourquoi lire alors ce roman ? Pour ses vertus feuilletonesques, ses ficelles énormes et jouissives : l’auteur a le goût des rebondissements, du rocambolesque, des fins de chapitre qui tiennent en haleine. Est-ce parce qu’un mystérieux appareil photo constitue le fil rouge de l’intrigue ? On pense souvent à un épisode réussi du cycle Boro (le reporter photographe conçu par Franck et Vautrin), et l’univers du vice se contemple ici bien innocemment, comme au prisme d’un Club des cinq survitaminé. Regrettons quand même que l’éditeur se contrefoute de ses traductions : les incohérences de lexique (le Porno Palace est couronné d’un clocher « superlarge ») ou de syntaxe (« À quoi ça l’avancerait-elle », hein ?) comme la tendance au mot à mot (« La nuit est encore jeune », remarque notre Justine) agacent la lecture.

PORNO PALACE
JACK O’CONNELL
Traduit de l’anglais
par Gérard de Chergé
Rivages/Noir
542 pages, 68 FF (10,37 o)

Safe sex Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°35 , août 2001.
LMDA PDF n°35
4.00 €