La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La pente savonneuse

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Éric Dussert

La Pente si sage de la vie

N’était son argument tout à fait original, le deuxième roman de Cédric Fabre -il publiait La Commune des minots l’an dernier (Folio Série noire)- ne dispose pas des atouts d’un bon livre. C’est regrettable car son sujet fait naître un espoir qui s’étiole au fil des pages. Pour nourrir les aventures de Pierre de Gondol -le libraire détective créé par Jean-Bernard Pouy à la mode du Poulpe-, Fabre a pris l’initiative de ressusciter deux écrivains, de mêler leurs parcours et leurs livres, de leur imaginer un gros secret. Inspiré, son choix s’est porté sur deux grands brûlés de l’existence : Jean-René Huguenin (1936-1962), ancien élève de Julien Gracq, condisciple de Renaud Matignon et comme lui exclu de Tel Quel par Jean-Edern Hallier et Philippe Sollers, une personnalité symbolique de sa génération qui a laissé un Journal, un roman et des articles avant de se tuer en voiture -les éditions de la Licorne lui ont justement consacré un dossier de grand intérêt, Je rends heureux (1999). C’est son roman La Côte sauvage qui offre à Cédric Fabre l’idée faramineuse : le personnage central du livre, Olivier, n’est pas le fils incestueux de la famille décrit mais l’enfant qu’eut Luc Dietrich (1913-1944), l’auteur-culte de L’Apprentissage de la ville, du Bonheur des tristes et d’autres textes terriblement beaux, avec la maquerelle Arlette.
Malheureusement, passé la surprise, on erre et une paire de cadavres plus loin, on s’ennuie. Truffée de citations qui témoignent d’une profonde connaissance des oeuvres de Dietrich et d’Huguenin, la phrase sans goût de Fabre déçoit. Ses dialogues sont bêtas, les personnages sans épaisseur, le tout est noyé dans un ersatz d’enquête policière avec fou sectaire dangereux. Seul l’aboutissement un peu spectaculaire réveille un lecteur sommeilleux engagé sur cette pente savonneuse.

La Pente si sage de la vie
Cédric Fabre
Baleine
154 pages, 12,20 (80 FF)

La pente savonneuse Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €