La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Rires et remugles

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Dominique Aussenac

Balades d’été, bals d’hiver

De la culture des juifs d’Europe centrale, nous connaissions la démesure, le merveilleux, le mélancolique. En treize brèves nouvelles, Cyrille Fleischman nous offre une vision plus rétrécie, plus fermentée de quelques êtres, prisonniers volontaires de leurs propres vies, de Paris, de leur culture. Son huitième ouvrage exhale et exalte les habitudes sédimentées, l’odeur de chaussettes sales, la foi et l’humeur mauvaise, le ronchonnement, de petites gens pris dans de très banales tourmentes du quotidien. Partant de situations prosaïques, il induit in fine une réflexion métaphysique sur la destinée, le progrès, l’éternité, le temps qui passe. Le tout est lié par un humour à la sauce aigre-douce, féroce et tendre où les dialogues, les expressions engendrent de somptueuses pépites de parler populaire : « Faites ni un ex æquo, ni un eczéma, si c’est seulement pour me faire plaisir. » Parfois, le fantastique s’insinue à travers l’accumulation de trop de réel. Dans Le Retour de Lilka, Fleischman décrit une magnifique chanteuse qui, « avec son charme et son piment unique » faisait oublier son corps immense. Ne l’acceptant plus, elle devient invisible. Chaque nouvelle à l’instar d’une fable se termine par une petite formule, un condensé d’humour, voire une morale : « Magnifique Lilka qui, en artiste populaire, avait le pouvoir de faire aimer le monde presque tel qu’il était, même si au fond, elle l’aurait peut-être préféré certains jours un peu autrement. » Tout le talent de Cyrille Fleischman réside dans la manière dont il traite, grossit les travers du petit peuple yiddish de Paris, boutiquiers, employés, retraités, afin de magnifier une façon singulière d’être humain.

Balades d’été, bals d’hiver
Cyrille Fleischman
Le Castor Astral
126 pages, 12 (78,72 FF)

Rires et remugles Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €