La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Les maniaco-boulimiques

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Éric Dussert

Il arrive que certains bibliophiles -on les imagine nimbés d’élégance- se transforment à l’instar du Docteur Jeckyll en bibliomanes. Physiquement, la mutation saute à l’oeil : ce Hyde dévoreur de papier est hirsute, équipé d’une barbe inqualifiable, fagoté comme un sac. Il avance courbé avec pour unique horizon les boîtes de bouquins à la recherche de la rareté, de l’inconnu et du bizarre. Dans un riche essai sur La Figure du bibliomane, Daniel Désormeaux retrace l’histoire de ce type persistant qui a inspiré de belles pages depuis que Sébastien Brant lui a offert le premier banc de sa Nef des fous.
Plus désireux de posséder des livres que de s’y plonger, le bibliomane profita de la dispersion révolutionnaire des bibliothèques religieuses. Des milliers de livres anciens déversés sur le marché nourrirent son vice au point que Stendhal, Flaubert, Barbey d’Aurevilly et Anatole France lui consacrèrent de superbes portraits. Fils de libraire parisien, France fréquentait d’assez près les vieux bouquins. Il y avait fait son éducation lui-même et s’inspira parfois exagérément de sources connues de ces seuls maniaques de la chose imprimée.
Une autre publication vient enrichir le panorama, c’est celle des Victimes du livre de Jules Vallès par Denis Labouret aux éditions La Chasse au Snark (340 p., 28 ). Initialement intégré aux Réfractaires (1866, rééd. Plein Chant 1996), ce chapitre est associé ici à des articles de critique littéraire et sociale qui tous rendent justice à un journaliste de pure race : « J’ai fait de la littérature, j’ai perdu à ce métier-là deux viscères, le coeur et l’estomac ; l’estomac, c’est dur ! » Saluant dans La Rue, Le Voltaire ou Le Cri du peuple écrivains ou compagnons de lutte, il alterne révolte et encouragement. À Eugène Pottier, il adresse ce compliment : « Pottier, mon vieil ami, tu es le Tyrtée d’une bataille, sans éclairs qui se livre entre les murs d’usine calcinés et noirs, ou entre les cloisons des maisons gâtées, où le plomb à ordures fait autant de victimes que le plomb à fusil ! » Le temps a passé, Tyrtée est bien oublié, le « plomb à ordures » aurait-il disparu ?

La Figure du bibliomane
Daniel Désormeaux
Nizet
251 pages, 22,87 (150 FF)

Les maniaco-boulimiques Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €