La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Paraz la tempête

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Éric Dussert

Albert Paraz (1899-1957) est un énergumène. Romancier, polémiste, peintre-faussaire, épistolier, jettatore et coureur de jupons, cet homme a fait du pétard puis, comme la tempête, s’est tu. Quarante-cinq ans après sa disparition, Jacques Aboucaya lui consacre à juste titre une première biographie -Paraz avait signé lui-même Deux autobiographies brèves (Le Fourneau, 1983)-offrant une documentation inédite qui éclaire nettement la figure de cet ami du maréchal Juin, de Mandiargues et du jeune Boudard. Naguère, Jean-Paul Louis a publié les premières pièces du dossier (Du Lérot) ainsi que la fameuse correspondance Céline-Paraz (Gallimard, 1999) où il apparaît que si le premier doit beaucoup à Paraz, militant ardent pour le retour du proscrit et pour son oeuvre, Paraz doit à Céline de n’avoir pas été tout à fait oublié, et ce malgré les qualités de son oeuvre savoureuse, enthousiasmante.
Après avoir fréquenté souvent les tribunaux, il a essuyé les rigueurs de la « justice » littéraire. Grande gueule vacharde et naïve à la fois, il n’aura raté aucune occasion de pousser le bouchon. Témoin, sa préface au Mensonge d’Ulysse du révisionniste Paul Rassinier qui n’enrichit pas une bibliographie ambiguë : « rebelle » ou d’esprit indépendant, Albert Paraz aura signé des chroniques dans Je suis partout et Rivarol tout en collaborant à Défense de l’homme, organe de l’anarchiste pacifiste Louis Lecoin. En fait de carrière littéraire, Paraz fut tôt salué avec Bitru ou les vertus capitales (1936) et Les Repues franches (1937), deux romans hauts en couleur, tout à fait fascinants qu’il faut lire à tout prix. Mais Paris est une fille frivole, elle se lassa du trouble-fête. Paraz disparut de la scène et poursuivit à Vence son oeuvre qui prit peu à peu la forme d’une perpétuelle « Défense de Céline » et donna lieu à des ouvrages hybrides comme Le Gala des vaches (1948) et Valsez, saucisses (1950) où il mêlait avec un beau talent le diaire, les fragments de correspondances et les attaques drues. Paraz est un intouchable incontournable.

Paraz le rebelle
Jacques Aboucaya
L’Âge d’Homme
160 pages, 21 euros

Paraz la tempête Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.