La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Vingt millions d’imbéciles

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Éric Dussert

La Peur est un livre maintes fois rescapé. D’abord parce que son auteur Gabriel Chevallier (1895-1969) a eu la chance de survivre aux tranchées de 1914 jusqu’à 1918 ; ensuite parce qu’il est de ces écrivains à la ramasse dont seuls les chineurs font encore leur quatre heures du Clochemerle ; enfin parce que La Peur (1930) est retourné au feu plus tôt que prévu : la nouvelle édition sitôt imprimée a presque totalement disparu dans la récente brûlerie du hangar des Belles-Lettres. Il en reste une poignée d’exemplaires qu’il faut s’arracher parce que La Peur n’est pas n’importe quel chef-d’œuvre en péril. C’est l’un des plus grands livres sur la guerre des tranchées, un livre d’une liberté, d’une honnêteté et d’une lucidité imparables. On avait lu Céline, Barbusse et Dorgelès, il faut lire maintenant Gabriel Chevallier qui savait bien en matière de peur de quoi il retourne.
« Lorsque la peur devient chronique, écrit-il, elle fait de l’individu une sorte de monomane. Les soldats appellent cet état le cafard. En réalité, c’est une neurasthénie consécutive à un surmenage nerveux. Beaucoup d’hommes, sans le savoir, sont des malades, et leur fébrilité les pousse aussi bien au refus d’obéissance, aux abandons de poste, qu’aux témérités funestes. Certains actes de courage n’ont pas d’autre origine. » Bien entendu, ce discours restera mal compris. On tiendra Chevallier pour un cynique (son éditeur lui-même use de ce mot en quatrième de couverture). On est pourtant loin du compte car son individualisme, son ironie saine, décillée, et son rejet des attitudes grégaires ne lui font pas oublier qu’il participa à la boucherie avec « vingt millions d’imbéciles… comme moi ». Nulle provocation, c’est le constat d’un homme libre. Chevallier a compris quel jeu on lui avait fait jouer et il n’en est pas fier. Il en a du moins acquis d’en parler librement même si son propos n’est pas recevable par ses contemporains, les gens de « l’arrière », inconscients va-t-en-guerre à qui l’on bourre le mou, ou par les généraux, orgueilleuses ordures, méprisables baudruches de salon, indifférentes à la vie des hommes. Il serait plus étonnant que l’on s’obstine aujourd’hui à faire semblant de ne pas entendre ce que Gabriel Chevallier nous signifie (quarante ans avant les Stranglers) : la mort du héros.

La Peur
Gabriel Chevallier
Le Passeur
317 pages, 19

Vingt millions d’imbéciles Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €