La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Querelle d’attribution

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Éric Dussert

Une joute intellectuelle se déroule depuis peu dans certain milieu français de l’histoire littéraire. À fleurets non mouchetés, deux compagnies spécialisées dans la littérature des années 1880-1920, l’une nombreuse avançant en ordre de bataille, l’autre isolée et partisane de la « petite guerre », échangent sur un ton glacial des propos érudits. À quel sujet ? Il s’agit de déterminer qui se cache derrière le pseudonyme de Vicomte Phoebus, Retoqué de Saint-Réac dont le volume de vers potachico-farcesque, « ébouriffant pastiche » de poésie symbolarde couvert de vignettes et autres bricoles graphiques -une pièce d’art nouille typographique singulièrement flamboyant- constitue une énigme complète. D’un côté le Collège de ’pataphysique soutient la thèse Jean Dayros, écrivain encore obscur, tandis que, de l’autre, l’éditeur et typographe Christian Laucou et le chercheur Stéphane Le Couëdic assistés de Guineret et des détectives Oriol et Ramseyer formulent l’hypothèse assez convaincante que Jules Romains et Georges Chennevière ne sont pas étrangers à ce canular.
Les certitudes sont rares : il est certain que le livre existe (ce n’est pas si mal) depuis 1905 en 4 exemplaires au moins dont l’un est revêtu d’un ex-dono de Dayros. C’est sur ce seul dernier élément que s’assied un peu légèrement le Collège de ’pataphysique. Or l’intérêt de la réédition1 proposée par Laucou et Le Couëdic ne réside pas dans la formulation de l’hypothèse tout à fait intéressante de l’équipe Romains-Chennevière, rigolos réputés, mais dans la mise en œuvre d’une démarche de recherche pointilleuse. Tout y passe : la biographie des auteurs supposés, leurs références littéraires et philosophiques sont analysées, l’imprimerie communiste L’Émancipatrice encerclée, le lithographe Hénault passé à la question, quant à l’objet-livre lui-même il subit les derniers outrages d’une analyse codicologique d’une rare précision que seul Laucou pouvait mener à bien. Un modèle d’enquête pour l’énigme-modèle d’un livre sans égal indispensable aux amateurs de curiosités.

1 Mes états d’âme, ou les sept chrysalides de l’extase (suivi de) À la recherche de Retoqué de Vicomte Phoebus, Retoqué de Saint-Réac - Fornax éditeur (37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris) 255 pages, 30

Querelle d’attribution Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €