La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Woolf et les femmes

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Thierry Cecille

Trois guinées

En 1941, Virginia Woolf marche vers la mort, au milieu d’une rivière, les poches pleines de pierres. Trois ans auparavant, elle décrivait ici le dilemme que les femmes doivent affronter, entre le système patriarcal qui les condamne à l’esclavage et le système capitaliste qui fera d’elles des copies serviles de l’homme dénaturé -et elle s’interrogeait : « Nous n’avons de choix qu’entre deux maux. Ne ferions-nous pas mieux de plonger du haut du pont dans la rivière ? de renoncer au jeu, de déclarer que la vie humaine est une erreur et d’en finir avec elle ? » Trois Guinées se présente, se revendique comme un état des lieux de la société anglaise des années 30, un constat documenté, irréfutable -d’où les cinquante pages de notes et références qu’il est essentiel de lire, pour l’absurdité ou la violence des situations décrites- mais il apparaît également comme un pamphlet, écrit dans l’urgence de la situation, avec le fascisme qui menace et la guerre qui s’annonce. Plus profondément enfin -et c’est aussi ce qui en fait le prix, et nous émeut- il peut être lu comme en écho aux œuvres romanesques de Woolf, ou à son Journal, ainsi que Viviane Forrester tente de le cerner dans sa préface datée (de 1976 ! aux défuntes mais importantes Éditions des Femmes) mais passionnante.
Sans doute les questions posées dans ces pages n’ont-elles pas, pour la plupart, trouvé de réponses satisfaisantes. Bien sûr les femmes ont gagné quelques batailles -mais qu’est-ce que le monde, notre monde commun, a gagné à ces victoires ? Woolf, avec une admirable maîtrise, sait ici aussi bien convoquer la haute figure d’Antigone face à Créon, qu’user d’un humour réjouissant, décrivant le monde des hommes avec la fausse naïveté des Persans de Montesquieu, ou créer des images frappantes -comparant ainsi les hommes fascinés par le fascisme à des lapins pris dans l’éclat des phares sur une route campagnarde !

Trois Guinées
Virginia Woolf
Traduit de l’anglais
par Viviane Forrester
10/18 - 286 pages, 7,30

Woolf et les femmes Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4.00 €