La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Découvrir Becerra

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Marc Blanchet

Récit des événements

Héritière de Claudel et Saint-John Perse, la poésie du Mexicain José Carlos Becerra (1936-1970) n’en imite ni la pensée ni les images : elle en épouse le flot narratif, la figure du poète se mêlant aux paysages ou à d’étranges sentiments, ceux au sein desquels l’individu perd toujours trace de lui-même. Avec Récit des événements, José Carlos Becerra a su marquer l’histoire de la poésie de langue espagnole par de longs poèmes où le « fait de soi » se heurte à l’incertitude des souvenirs et des perceptions. Ce réalisme magique est évidemment propre à la littérature sud-américaine, mais nullement différent de nos propres aventures intérieures : voici une voix puissante, singulière dont l’intensité verbale décrit jusqu’à l’épuisement et la rupture l’insaisissabilité de l’âme et les miracles violents de la chair. « C’est pourquoi j’ai fui, mais fuir peut être une forme littéraire, une délectation vis-à-vis de mes persécuteurs,/ et le masque bleu de la nuit est sur mes yeux comme ma propre chair ;/ c’est pourquoi je ne dicte pas le lever du jour, c’est pourquoi je ne jouis pas des effets d’une prétendue grâce,/ ni ne suis enrôlé dans aucune divination. »
Cet abandon au pouvoir incantatoire de la parole poétique est donc toujours mis en déroute, contrarié par le doute d’une expérience humaine. La poésie de Becerra s’impose ainsi, dans une lecture nullement séduite par ce flux verbal : face à ces longues phrases mélodiques, le lecteur éprouvera peut être le désir d’un temps ralenti pour pénétrer davantage ces images, ressentir au plus près la justesse d’un propos devant lequel le poète mexicain place son visage meurtri tel un miroir. Autant dire que, grâce à cette traduction inspirée, le lecteur français peut découvrir une des plus belles poésies mexicaines du vingtième siècle : « Douleur, oui, ce déclin du jour,/ cette bouche de soleil et d’été. »

Récit des événements
José Carlos Becerra
Traduit de l’espagnol par Bruno Grégoire
et Jean-François Hatchondo
Belin
88 pages, 16,77

Découvrir Becerra Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4.00 €