La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Absolument rien, absolument tout

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Richard Blin

Haiku, anthologie du poème court japonais

Art de l’ellipse et de la suggestion, poème de l’instant révélé, le haiku est la forme poétique la plus courte du monde. En trois petits vers (5-7-5 syllabes), et en un temps qui n’excède guère celui d’une respiration, c’est un peu de la saveur du monde et de l’essence intime des choses qui soudain cristallise à travers quelques-uns des signes qu’ils nous font.
« Sous la pluie d’été/ raccourcissent/ les pattes du héron ». (Matsuo Bashô)
Évoquant beaucoup en montrant peu, tout le haiku est dans l’unicité d’un instant, la grâce d’une saisie, l’attention portée à la plus infime réalité. En chacun d’eux, une silencieuse évidence s’incarne nous rappelant comme en filigrane combien tout est transitoire, à commencer par nous… pour qui la nature n’a pas plus d’égards que nous n’en avons pour les insectes.
De la beauté entrevue au consentement à la nécessité cachée de ce qui survient, le haiku tient d’un équilibre miraculeux entre abandon et éveil, détachement et dérision.
« Ce trou parfait/ que je fais en pissant/ dans la neige à ma porte ! » (Kobayashi Issa)
Des coagulations d’être au cœur du vide ; une façon d’imager l’indicible en dénudant l’apparence jusqu’à sa transparente ambiguïté ; de la densité décantée, des collisions d’éphémère et d’éternité, de la sensation qui pacifie : le haiku ou l’ombre d’une âme sur la neige du silence.
Sans jamais se prendre au sérieux mais dans la plus totale lucidité, c’est l’insignifiance même de notre présence au monde et l’extrême relativité de ce que nous pouvons vivre qui se trouve ainsi souligné comme d’un trait de vent.
De Bashô jusqu’aux poètes contemporains, en passant par Buson, Issa, Shiki et bien d’autres, Haiku présente un panorama complet du genre. S’inspirant des almanachs classiques, cette anthologie suit le cours des saisons -car la référence saisonnière est indispensable au haiku, ne serait-ce que pour rappeler l’essentielle complicité que cette forme poétique entretient avec le rythme du temps. Un ouvrage de référence.

Haiku, anthologie du poème
court japonais

Présentation, choix et traduction
de Corinne Atlan et Zéno Bianu
Poésie/Gallimard
240 pages, 5,45

Absolument rien, absolument tout Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €