La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Chaleur de Juliet

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Jean Laurenti

L' Autre Faim (Journal V 1989-1992)

Difficile d’imaginer une vie plus indissociablement liée à l’écriture que celle de Charles Juliet. Dans un livre précis et juste, La Conquête dans l’obscur (Jean-Michel Place, 127 p., 11 ), Jean-Pierre Siméon expose les points d’ancrage de cette longue quête. C’est sous l’empire d’une nécessité intérieure que Juliet s’est tourné vers elle, alors qu’il étudiait la médecine dans une école militaire. Abandon de l’uniforme, renoncement aux études, à l’exercice d’un métier : cette décision marquait le début des années sombres, de l’enlisement. Exigeante, exclusive, la quête dans laquelle s’engageait Juliet devait le mener à la dispersion des ténèbres, la connaissance de soi, l’accord avec lui-même et le monde. C’est de ce travail inlassable de plusieurs décennies que rend compte le Journal. L’Autre Faim couvre les années 1989-1992. On découvre un Charles Juliet apaisé (déjà entrevu dans Accueils, le Journal IV), plus ouvert et confronté à la notoriété. En 1989 paraît L’Année de l’éveil : les sollicitations, les voyages vont se multiplier. Beaucoup de rencontres, de conversations dans ces pages ; les regards, les silences, les questions, Juliet les reçoit et les restitue ici avec une grande pudeur et une véritable empathie. L’écriture est simple, limpide. Certains pourront la trouver sans relief, pauvre en effets. « Comment pourrais-je fissurer ou mettre en morceaux les pierres à l’aide desquelles j’édifie ma maison », leur murmure Juliet.
Le travail d’introspection, d’élucidation de soi n’exclut pas la révolte devant l’oppression, l’injustice, la violence. En se déprenant des codes factices, des conditionnements, l’œil s’aiguise, au contraire. Il peut voir la part de mépris que recèle le don, fût-il humanitaire, s’il n’est pas associé à un désir de connaître celui qui reçoit. Il peut saisir la misère du monde dans quelques pommes de terre répandues sur le tapis à bagages d’un aéroport. Et regarder comme un frère l’homme qui s’évertue à rassembler ce maigre bien.

L’Autre Faim, Journal V
Charles Juliet
P.O.L
286 pages, 19

Chaleur de Juliet Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €