La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Légèrement étrangères

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Pascal Paillardet

Fatigués de soleil à la fin d’un jour d’été, si vous avez envie de calme, douceur et spiritualité, lisez le roman de Sandrine Willems. Il vous plongera hors du temps, au Moyen Âge, dans la cellule d’une jeune religieuse. Celle-ci, à la lumière d’une chandelle, rédige son journal et se remémore la figure de sa sœur aînée, Odette, servante du roi Charles VI dit « le roi fou ». L’amour qu’elle voue à sa sœur est à la mesure de celui que cette dernière a pour le roi. Odette est en effet, sans doute, la seule personne qui ait aimé ce roi étrange, pris d’une crise de folie à vingt-quatre ans, abandonné par sa cour, trompé par la reine avec son propre frère, qui voudra lui ravir la couronne avant d’être assassiné.
Cette page sombre de l’Histoire, aussi épineuse que les ronces, et qui donnera naissance à la guerre de Cent ans, est là comme illuminée par le personnage de cette servante, librement inspirée d’Odette de Champdivers, qui a soigné Charles VI jusqu’à sa mort.
Rythmé par le calendrier des fêtes religieuses et teinté d’autodérision, le journal de la sœur d’Odette met en regard l’histoire de sa sœur avec les sources de la littérature romanesque et spirituelle : la Bible, l’Évangile, le conte du Graal, Tristan et Iseult, la philosophie de Maître Eckhart… La religieuse, qui avoue d’ailleurs ne plus croire en Dieu, semble s’appuyer sur ces références pour mieux comprendre la sœur perdue. Elles sont amenées avec subtilité, sans casser l’enchaînement fluide du texte.
Pour différer la fin de l’histoire, qui marquera pour elle la séparation d’avec sa sœur, la narratrice évoque leurs souvenirs d’enfance ou sa difficulté d’écrire. La poésie de sa complainte force à l’arrêt dans la lecture. On relit, on écoute ces mots qui pourraient être lus à voix haute par l’auteur, elle-même comédienne. « Mais ne me quitte pas comme ça, dis-moi quelque chose, à quoi je pourrai repenser -comme au fond d’une poche on caresse un noyau ».

Le Roman dans les ronces
Sandrine Willems
Les Impressions nouvelles
192 pages, 15

Légèrement étrangères Par Pascal Paillardet
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €