La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Cascades antillaises

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Emmanuelle Bal

Lauréat du prix Renaudot en 1967 pour son roman Le Monde tel qu’il est, Salvat Etchart est très peu connu du grand public. Rezvani, qui préface ce recueil, le compare pourtant à Artaud. Ces sept nouvelles, premières publications de l’auteur, se déroulent en Martinique, où Etchart, ancien acteur de la troupe Renaud-Barrault, a été un pionnier de la R.T.F. dans les années cinquante. Ses prises de position trop indépendantistes l’ont cependant contraint à quitter l’île. De retour en France, il commence à écrire, habité par ses souvenirs.
Il imite le parler créole, exhibe les mœurs sexuelles des insulaires en scènes truculentes et corsées comme le rhum. L’écriture est cadencée, balancée, galopante. Les verbes et les adjectifs tombent en cascade pour dessiner les contours de ses personnages et paysages : « La route monte », écrit-il dans la première nouvelle, « biaise, descend, revient sur ses pas, flâne de case en case, d’arbre en arbre, de pente en éboulis, d’éboulis en grimpette, bordée de savanes, de champs de canne et de bananeraies ». Le rythme est maintenu par des dialogues piqués d’exclamations, de gros mots. Les femmes en prennent pour leur grade. Elles sentent « la goyave moisie », ressemblent à des « troupeaux à cul ». L’une a les fesses « tellement projetées en arrière qu’on aurait pu y mettre à l’ombre un pique-nique ». Mais comme l’explique Serge Rezvani, Etchart est « un dur de dur (…) mais tendre, très tendre ! »
Rompant avec le premier éditeur de l’ouvrage, René Julliard, qui, en 1962, lui avait choisi comme titre celui de la nouvelle « Une bonne à six », le collectif lyonnais La Mauvaise Graine a opté pour En couple. Cette description de la relation physique et spirituelle entre un cavalier et son cheval est plus emblématique de la misanthropie d’Etchart. Après la rédaction de ces nouvelles, il se retira en effet comme palefrenier en Martinique, puis dans le Nord canadien, avant de se suicider en 1975.

Un couple
Salvat Etchart
La Mauvaise Graine
(18, route de Genas 69003 Lyon)
140 pages, 11

Cascades antillaises Par Emmanuelle Bal
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €