La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire V’là les comédiens

septembre 2003 | Le Matricule des Anges n°46 | par Thierry Guichard

Cet été en Avignon, André Benedetto a mis la grève des intermittents sur scène. Pour en débattre.

Pour dire qui est André Benedetto, il faut convoquer les mots de soleil, garrigue, pin. Situer le Marseillais dans cette Provence qu’il ne veut pas quitter.
Il naît au théâtre à Aix-en-Provence où étudiant, il met en scène Antigone d’Anouilh puis en Avignon où il fait le régisseur en 1958, lors du festival de Jean Vilar. En 1961, une salle de bistrot au destin polymorphe accueille La Chute de la Maison Usher qu’il met en scène. En 1963, sa première pièce est créée : Le Pilote d’Hiroshima se fait l’écho de la lecture d’un reportage sur celui qui lâcha la bombe… Le dramaturge naissait en même temps que le théâtre qu’il allait porter : le théâtre des Carmes en Avignon. L’époque n’est pas seulement une question de chronologie : l’homme vit avec son temps, c’est-à-dire qu’il s’y plonge (on voulait écrire « qu’il s’y engage » mais le poète et dramaturge refuse ce terme). Et il travaille dans un pays « où la dépolitisation ne cesse de gagner » où l’on assiste à « l’effondrement culturel, la perte des forces vives issues du pays profond détournées vers des structures très coercitives comme les conservatoires ». La compagnie se structure dans les années soixante, encouragée par le Père Jacques de la Celle, prêtre renégat et cinéphile qui accueille les comédiens et quelques familles d’immigrés dans le cloître. « On va intégrer tout ce qui va passer à notre portée : (…) les faits du monde, les changements autour de nous et surtout tous les obstacles au changement, habitudes, manies, pathos, rites et pratiques conservatrices, clichés et idées reçues… »
Il y aura la période lutte des classes, l’exploration du monde, des dizaines de spectacles.
Et puis arrive 2003, la culture emmédefiée par le baron et Raffarin. Alors, dans l’été déjà caniculaire de juillet, quand pour la première fois de son histoire le festival d’Avignon doit jeter l’éponge, Benedetto, sa compagnie et celles invitées au théâtre des Carmes décident de ne pas faire comme tout le monde : ni jouer malgré tout, ni faire grève, mais jouer la grève. « L’idée m’est venue le 10 au matin. Je me suis dit : « l’intermittent ressuscité par le président de la République ». Mais il n’y avait plus d’espoir, alors j’ai enlevé la fin de la phrase. » Ce sera L’Intermittent ressuscité : une improvisation répétée deux fois par jour. Les acteurs sont couchés sur la scène et accompagnés d’un conteur et d’un musicien, seuls ou à plusieurs, ils interprètent des saynètes qui disent la situation présente : deux comédiennes se disputent sur le fait de savoir s’il faut ou non jouer, un directeur de théâtre prend la parole. À la Première, le spectacle dure vingt-cinq minutes ; soixante-cinq à la dernière. Après chaque représentation, un débat s’ouvre avec le public. Avec sa gouaille de jeune méridional, Benedetto s’enthousiasme encore de ce qui s’est dit. Et répète que pour lui « il faut résoudre les contradictions en se servant de l’obstacle ». On arrive alors à ce paradoxe ironique : cet été, le baron Seillière et le Premier ministre ont servi le théâtre. Au moins place des Carmes.

V’là les comédiens Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°46 , septembre 2003.
LMDA papier n°46
6.50 €
LMDA PDF n°46
4.00 €