La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La gloire de mon père

septembre 2003 | Le Matricule des Anges n°46 | par Anne Riera

Le Pays qui vient de loin

Une citation de James Crumley ouvre le roman d’André Bucher. Quel peut être le rapport entre un auteur de polars du Montana et un jeune débutant provençal de 57 ans ? Une indépendance d’esprit ? Un paysage de montagne ? Une secrète connivence de pêcheurs à la truite, qu’ils soient de Missoula ou de la vallée du Jabron. Comme ses personnages, André Bucher est paysan. Dans une ferme isolée, le grand-père vient de mourir. Il laisse une vie à déchiffrer. L’ubac de notre auteur, c’est lui. Un pied dans la luzerne, l’autre dans le blues, il se nourrissait de livres, chassait le sanglier, luttait pied à pied avec l’âpreté des montagnes, convaincu que la terre appartient à ceux qui la travaillent. Un libre penseur. Sur sa tombe, deux inconnus. Son fils, exilé dans une banlieue dortoir, et son petit-fils, arraché, emporté enfant par sa mère loin de son père et des montagnes. Il a 18 ans aujourd’hui, il revient « au pays des grands-parents. Un pays qui vient de loin, du besoin, de l’enfance dont on est privé ». Maladresse ou surécriture, les personnages d’André Bucher parlent comme des livres, la bouche pleine d’une parole emphatique et d’une sagesse quasi érémitique. Leurs silences même paraissent bavards. Pourtant l’agacement cède peu à peu la place à l’émotion. Père et fils se découvrent à tâtons, esquissent une nouvelle carte du tendre. Ensemble, précautionneusement, ils s’inventent un passé, une enfance… et un père.

Le Pays qui vient de loin d’André Bucher
Sabine Wespieser, 188 pages, 18

La gloire de mon père Par Anne Riera
Le Matricule des Anges n°46 , septembre 2003.
LMDA papier n°46
6.50 €
LMDA PDF n°46
4.00 €