La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’impossible anatomie

septembre 2003 | Le Matricule des Anges n°46 | par Gilles Magniont

Dans le sillage de Sartre, séminaires et colloques s’épuisèrent un temps sur cette redoutable question : que peut la littérature ? Élisabeth Butterfly, dans son roman, propose une réponse grand-guignolesque : la littérature enfante le crime. Le narrateur de Dissection du mariage, bibliophile éclairé et mari fatigué, croit découvrir, dans un exemplaire de la Physiologie du mariage de Balzac, un passage crypté qui semble inviter à la dissection des épouses. À la lumière d’une formule balzacienne « un homme ne peut se marier sans avoir étudié l’anatomie et avoir disséqué une femme au moins », notre homme va donc préparer le meurtre de son Adrienne c’est-à-dire la « déglinguer comme une mécanique », en « faire de la chair à pâté », la « découper comme une volaille », pour enfin ranger méticuleusement ce qu’il en reste dans des bocaux.
Parallèlement à ce drolatique démembrement de l’épouse, on assiste ici à une assez brillante dissection d’un Balzac fantasmé, sorte de « punk terrifiant », expérimentateur tous azimuts, « puissance inexplicable » détestant les femmes. L’auteur épouse avec brio sa misogynie, de même que celle qui parcourt la grande aventure de l’art et de la médecine, de Léonard de Vinci à Bichat. La curiosité insatiable des écrivains et des hommes de science n’exprimerait-elle que le prosaïque désir de mettre la femme « dans un frigo » ? Seulement voilà, pour le génie comme pour vous et moi, l’échec est au bout du scalpel : « Personne ne sait ce qui se passe sous la peau des femmes ».

Dissection du mariage d’Élisabeth Butterfly
Flammarion - 149 pages, 15

L’impossible anatomie Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°46 , septembre 2003.
LMDA papier n°46
6,00 €
LMDA PDF n°46
4,00 €