La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire Penser en Passant

février 2004 | Le Matricule des Anges n°50 | par Jean Laurenti

Depuis dix ans, la revue Le Passant ordinaire, installée à Bègles, défriche le champ social et intellectuel. Un espace alternatif.

Le Passant ordinaire N°47

Combien de mondes?

Les revues naissent toujours d’un désir de partage. On porte en soi une passion, une révolte - le plus souvent les deux - qu’on voudrait à toute force essaimer. Le Passant ordinaire a d’abord vu le jour dans la tête d’un tout jeune bibliothécaire des quartiers nord de Bordeaux : Thomas Lacoste a 22 ans lorsque, en 1994, il lance ce projet de revue alternative. Il s’agissait de faire bouger « un paysage politique triste à pleurer », dont les effets se faisaient fortement sentir dans le quotidien : chômage, mômes paumés, manque de services publics… « On était une génération qui avait connu le tunnel des années 80, mais qui avait aussi rencontré la pensée de Castoriadis, de l’Ecole de Francfort, de Michel de Certeau… » Des penseurs dont la démarche, fondée sur le décloisonnement des savoirs allaient naturellement inspirer Thomas Lacoste et ses amis. L’esprit de la revue est déjà en place : elle sera un lieu résolument ouvert, où des artistes rencontreront des philosophes, où des photographes dialogueront avec des sociologues, des écrivains… Au Passant, on tient à la notion d’« écriture photographique ». Parallèlement, la fiction prend elle aussi une part grandissante.
L’emblème du Passant, une silhouette longiligne, inspirée de L’homme qui marche, de Giacometti, évoque l’idée du mouvement, chère à ses concepteurs : « C’est une vraie évolution de la revue par rapport au début, où on était davantage dans l’écriture »coup de gueule« , dans le pamphlet, affirment Thomas Lacoste et Christian Malaurie, l’un des collaborateurs. Aujourd’hui on se situe dans le mouvement, beaucoup plus que dans la résistance. Même si l’engagement est toujours aussi important. » Un engagement, proche de la sensibilité altermondialiste, qui se traduit par une attention permanente aux mutations sociales en cours, aux courants de pensée, aux mouvements sociaux qui s’opposent à l’hégémonie de l’ultralibéralisme. L’ouverture à toutes les sciences humaines et aux différents arts graphiques s’accompagne d’une internationalisation de la revue. Les textes arrivent d’Italie, du Canada, du Mexique, des États-Unis, et plusieurs traducteurs rendent accessibles les nombreuses pages disponibles sur le site de la revue. Installé à Bègles, près de Bordeaux, Le Passant emploie trois permanents et dispose d’un important réseau de rédacteurs. Fort de ses 2000 abonnés et d’une bonne diffusion en librairie, ce bimestriel dont un numéro anniversaire va fêter les dix ans est aujourd’hui dans une phase de développement : depuis 1997 des livres paraissent aux éditions du Passant et le catalogue va prochainement s’étoffer. Parmi les très nombreuses signatures qu’accueille la revue, on citera Patrick Baudry, Naomi Klein, Jean-Marie Harribey, Loïc Wacquant, Miguel Benasayag, ou encore Jean-Marc Rouillan, et même le sous-commandant Marcos…
Le Passant ordinaire est, on s’en doute, une revue d’une grande densité et sa lecture est plutôt exigeante. Chaque numéro est thématique. Banlieue du monde, L’homme normal, Combien de mondes ? sont les titres des trois derniers numéros. Plusieurs entrées sont proposées : des pages débats, le dossier thématique, des critiques, des fictions. On retrouve cette traversée des frontières géographiques, intellectuelles, artistiques, avec toujours le désir d’appréhender « le quotidien, quelque chose qui n’est ni le banal, ni le spectaculaire, mais qui est ouvert à l’ordinaire, c’est-à-dire à l’aventure. » Un labyrinthe de l’esprit où le lecteur a tout à gagner à venir se perdre.

Le Passant ordinaire 62, rue Calixte-Camelle 33130 Bègles rens. 05.57.35.19.24. ou www.passant-ordinaire.com

Penser en Passant Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°50 , février 2004.
LMDA papier n°50
6.50 €
LMDA PDF n°50
4.00 €