La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Peinture au couteau

mars 2004 | Le Matricule des Anges n°51 | par Pascal Paillardet

Francis Bacon, le ring de la douleur

Il fut le peintre de la couleur et de la douleur. L’artiste de la « vérité criante », selon Michel Leiris. « Mes tableaux sont des accidents », soutenait Francis Bacon (1909-1992). À l’automne 1971, Pierre Charras fut la victime, fortuite mais comblée, de ce choc pictural. Le carambolage eut lieu dans les allées d’une exposition vertigineuse au Grand Palais, à Paris. L’écrivain, auteur de Dix-neuf secondes (Mercure de France, 2003), n’est pas sorti indemne de cette collusion. « La décharge que nous avons reçue n’en finit pas de nous secouer ». Trente ans plus tard, Pierre Charras dresse un rapport circonstancié de cet éblouissement terrifiant dans Le Ring de la douleur, une « radiographie de la stupeur » qui emprunte son chaos et ses fulgurances à la peinture de Bacon ce livre et des entretiens accordés par Bacon à Michel Archimbaud ont inspiré à Pierre Charras une pièce de théâtre, Figure, mise en scène par Lukas Hemleb. C’est à Beaubourg, aujourd’hui, que son personnage, Francis, éprouve la force du « grand nuancier de la douleur », où le rouge du sang de boucherie prédomine, jusqu’à la nausée. Et parce que la peinture est un rappel à soi, les couleurs de Bacon réveillent les douleurs de Francis. Entre autobiographie et fiction (une « fiction admirative » précise l’auteur), ce récit cinglant et sanglant enchaîne des saynètes qui ont la puissance des uppercuts. L’écriture a les élans d’un foudroiement. On quitte ce livre étourdi, mais heureux.

Francis Bacon, le ring de la douleur
de Pierre Charras
Le Dilettante, 96 pages, 11,50

Peinture au couteau Par Pascal Paillardet
Le Matricule des Anges n°51 , mars 2004.