La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sous le masque

mai 2004 | Le Matricule des Anges n°53 | par Richard Blin

Tout visage est un paysage, une composition, un lieu plus qu’énigmatique qu’on aborde de face ou qu’on fuit. Toujours particulier, variant selon le moment et les présences, il incarne la difficulté à se saisir, à se reconnaître en une seule figure. Jeu de masques et de dupes que Bernard Demandre a décidé, lui, d’affronter de face. Sur la scène toujours changeante de ce petit théâtre de la cruauté, l’identité vacille, les affects circulent, se déplacent, ricochent, insistent là où ça fait mal. Alors pour dire le deuil de ses illusions perdues, trouver la bonne distance est essentiel, tout comme n’écrire qu’à partir d’une émotion décantée. Ce qu’a su faire l’auteur dont l’écriture tantôt irradiante, tantôt enveloppante, possède une vraie force de séduction. Sa pulsation physique, sa modulation rythmique, et le fait de ne jamais conclure, ou de ne rien figer, la laisse ouverte aux échos qu’elle ne manque pas d’éveiller en nous. Trois suites, donc, qui, à partir du trou noir d’une absence « toute absence est une hache » dessinent portraits et autoportrait en creux, tout en soulignant la folie du désir d’être soi par l’autre. « ton absence et la douleur/ le masque sur ta bouche d’où tu ne reviendras pas/ le masque que tu ne quittes pas ni ton regard violet/ ta voix violente et le mensonge/ tes lèvres sous le masque et le mensonge que le vent cette nuit enlèvera/ tes lèvres plus fragiles que la paille de tes yeux que la nuit emportera dans sa hauteur/ sa plaie ouverte l’ombre dans la mémoire ouverte et la hache ».

Masques de Bernard Demandre
L’Arbre à paroles (Maison de la poésie d’Amay BP 12 B 4540 Amay), 56 pages, 7,50

Sous le masque Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°53 , mai 2004.
LMDA papier n°53
6.50 €
LMDA PDF n°53
4.00 €