La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La croisière, ça use

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56 | par Thierry Guichard

Dominique Périchon a beau relater l’histoire d’une croisière, ce n’est pas au rayon des écrivains voyageurs qu’on le rangera. Le héros (fatigué) de Motus est un ventriloque assez médiocre. Les blagues qui essaiment le roman nous incitent à le penser, ainsi que ses aveux : « J’ai animé des matinées enfantines : les enfants regardaient mes chaussettes (…). Et dans les hôpitaux ils préféraient la télévision, c’est plus vivant… » Il vient d’être embauché pour égayer quelques vieillards lors d’une croisière à bord de « La Belle » sur la Méditerranée. Il cohabitera donc avec la gent édentée et grisonnante, les marins impeccables et ses acolytes : un magicien (fatigué), un organiste (alcoolique), une chanteuse (bien roulée) et un imitateur (transparent). Il embarque avec sa marionnette dont le nom dit assez l’estime qu’il lui porte : « monsieur Machin ». Après que le paquebot a « divorcé froidement de ses amarres », notre naufragé de la vie sera en bateau plus proche de la prison que de l’évasion (deux belles à bord n’y pourront rien). On n’est pas sûr de pouvoir écrire trois lignes sur ce qui advient tant rien ne se passe dans ce roman, sinon le roman lui-même. Pour autant, le voyage est plaisant car Dominique Périchon écrit en jazz. Ses phrases ont le déhanchement souple des filles serpentines et légères. C’est drôlement chaloupé, avec juste ce qu’il faut d’humour pour battre le nihilisme en brèche. Les phrases sont travaillées en rythme et en contrepoints pour offrir leur vision décalée de l’humanité (entre écueils et épaves). Et comme on sourit plus d’une fois, c’est finalement au rayon des sympathiques qu’on rangera le livre…

Motus de Dominique Périchon
Le Dilettante, 190 pages, 14,50

La croisière, ça use Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6,00 €
LMDA PDF n°56
4,00 €