La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Précisions

septembre 2004 | Le Matricule des Anges n°56

À la suite de l’entretien que Jean-Jacques Pauvert nous a accordé (Lmda N°54, juin 2004), Renée Combet nous adresse ce droit de réponse : J’ai été très affectée par les propos tenus par cet éditeur à l’égard de l’auteur décédé Fernand Combet, qui fut mon mari jusqu’à son récent décès, survenu à la suite de dix années de souffrances physiques et morales.
En considérant que son œuvre
« avait obtenu un petit succès critique » mais également en relatant certains faits de sa vie privée, Monsieur Pauvert porte atteinte à la mémoire de mon défunt mari.
Je souhaite ici faire part de mon indignation et donner l’envie au lecteur de lire Fernand Combet autrement qu’en considérant l’image dégradante qui lui est donnée par Monsieur Pauvert.
« Odieux », il pouvait l’être, mais ce n’est pas le trait de caractère qu’il nous laisse. Il était vrai, avec ses défauts et ses qualités, et surtout celle d’écrivain. Exigeant envers lui-même avant tout.
« La drogue », c’est loin tout ça et ça n’a jamais altéré négativement l’œuvre d’un artiste, peut-être y a-t-il eu quelques moments moins éclatants, combien d’auteurs traversent des passes sombres. (…) Fernand Combet laisse des textes, ils seront lus un jour. Pour lui, je combats depuis dix ans et je continuerai à lutter pour que son œuvre lui survive et que son talent d’écrivain ne soit pas dénigré. "

Précisions
Le Matricule des Anges n°56 , septembre 2004.
LMDA papier n°56
6.50 €
LMDA PDF n°56
4.00 €