La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les Femmes de Rimbaud

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Thierry Guichard

Les Femmes de Rimbaud

Une jeune femme se meurt d’un cancer. Au seuil de disparaître, elle attend l’amour de sa vie, qu’elle n’a pas vu depuis vingt ans. Elle se remémore l’histoire de cette passion impossible en s’adressant à l’absent. Laure est d’abord une enfant de 8 ans qui tombe amoureuse de son cousin Lucas. Grande maison en campagne, torrent, des rires et du soleil : l’éclat de la jeunesse repousse loin les ombres qui guettent. La mère de Laure, pourtant, porte au cœur une souffrance dont elle se débarrassera en se tuant. Laure est élevée avec Lucas par sa tante et sa maîtresse. Les pères manquent à l’appel. Cet amour, qu’évoque le roman, accepte d’emblée l’érotisme du désir, quand bien même celui-ci émane d’une gamine. Isabelle Desesquelles n’a pas peur des sentiments enflammés. Avec une sorte de naïveté retrouvée, elle décrit ce bonheur sans craindre le pathos : « En montant au ciel, nos cris de joie mêlés ont vibré dans l’infini. » Le roman fait remonter à sa surface la naissance du désir avec une fraîche innocence. Toujours à la limite de trop en faire, l’auteur (qui dirige la librairie Privat à Toulouse) suit le fil de la tragédie. Le lecteur devine vite à quel impossible cet amour enfantin se fracassera. Pour autant, la générosité de cette écriture, cet entêtement à croire encore à la romance, surprend et convainc. C’est que derrière le crépuscule éblouissant du romantisme se fait entendre parfois une musique intime aux notes justes.

Je me souviens de tout d’Isabelle Desesquelles
Julliard, 162 pages, 14

Le Matricule des Anges n°57 , octobre 2004.
LMDA papier n°57
6.50 €
LMDA PDF n°57
4.00 €