La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Laurent Gaudé
Les lieux de transmission

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Thierry Guichard , Laurence Cazaux

On trouve trois bibliothèques chez Laurent et Alexandra Gaudé. La visite commence dans la cuisine où sont réunis quelques auteurs étrangers. Notre hôte avoue « un faible pour le rayon du haut avec Conrad » dont il cite Lord Jim et Typhon lu récemment et dont l’intensité du récit l’a séduit. « Surtout je suis admiratif du nous employé dans ce roman. C’est d’une grande fluidité alors que ce nous est changeant. » Puis quelques Garcia Marquez dont L’Amour au temps du choléra. Dostoïevski impressionne par sa masse. On passe sur Faulkner, Tolstoï pour s’arrêter sur Conversation en Sicile de Vittorini auquel Gaudé a beaucoup pensé pour Le Soleil des Scorta. Une scène le « bouleverse » et lui prouve que « la littérature change la vie » : lorsque le narrateur goûte une orange amère de Sicile : « je ne peux plus manger une orange sans penser à Vittorini ».
Dans le couloir, c’est la poésie qui tient le flambeau avec Cavafy, Cendrars et sa Prose du Transsibérien qui lui « a permis d’oser la forme d’Onysos le furieux », René Char, Pavese et son Travailler fatigue. La littérature française, à côté, est mal rangée et voisine avec l’ensemble des livres de notre hôte dans leurs traductions. Dans ce pêle-mêle, les guides de voyage révèlent leur importance, l’un d’eux a livré à l’auteur de Salina la photo d’un guerrier noir qui allait servir de modèle au personnage de Kwane N’Krumba. La littérature française étale son éventail dans la dernière pièce, derrière « le lit du petit » qui en attrape parfois quelques-uns, d’où le tas de livres chus sous son lit. Surtout, au-dessus, trônent les livres de photographies qui ont excité l’imagination de Laurent Gaudé pour écrire La Mort du roi Tsongor (Fastueuse Afrique« il y a une photo de chacun de mes personnages »), les photos de Mario Giacomelli ayant nourri Le Soleil des Scorta, celles de Michael Ackerman Médée Kali. « J’adore travailler à partir de photos. » Le théâtre (Shakespeare, Koltès, Brecht, Tchekhov) occupe tout un pan de mur avec trois grigris de forces et quelques photos souvenirs dont une du regretté Jean-Yves Dubois en Onysos. Laurent Gaudé montre un cliché sous verre. On y voit Strehler, Brecht et Paolo Grassi, fondateur du Piccolo Theatro : « c’est l’image du théâtre pour moi : un metteur en scène, un auteur, un directeur et la rencontre entre les trois. »

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°57
6,50 €
LMDA PDF n°57
4,00 €