La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Chroniques sauvages

novembre 2004 | Le Matricule des Anges n°58 | par Franck Mannoni

Plutôt le dimanche

Quand il n’écrit pas de romans, de poèmes ou de pièces de théâtre, Franz Bartelt continue d’écrire, des éditos ou des chroniques. Existence singulière de cet homme dont les mots constituent le fluide vital du lundi au samedi. Le dimanche, traditionnellement consacré au repos des corps et des âmes, l’écrivain se livre à un exercice original : l’observation de ses contemporains. Il en tire ces chroniques grinçantes et musclées, textes savoureux, enchaînés de manière chronologique. Le tout passe joyeusement du coq à l’âne : la lassitude est impossible. Cris de révolte face au vide affiché de certaines émissions télé, regards attendris sur la foule d’un marché wallon, Franz Bartelt tire à boulet rouge sur la stupidité et l’hypocrisie. Ardennais de cœur, il traverse les frontières, posant sur les Français et les Belges un regard sans complaisance. Ses phrases courtes, effilées, stylées, font mouche, Franz Bartelt n’aime pas l’inutile et les fioritures. Une famille organise le repas de fiançailles du fils dans une cafétéria de supermarché, mais la fête sombre dans la médiocrité. Comment définir le caractère des adeptes de la pantoufle par rapport aux inconditionnels des claquettes ? Les vacances, les courses, la pluie, les gaufres, le crime, Plutôt le dimanche fonctionne comme un dictionnaire philosophique, teinté d’humour et de lucidité. Toujours tenté par la misanthropie, l’auteur n’y cède jamais complètement. À chaque ligne et derrière chaque attaque perle une tendresse qui rend ces critiques touchantes.

Plutôt le dimanche de Franz Bartelt, Éditions Labor, 244 pages, 18

Chroniques sauvages Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°58 , novembre 2004.
LMDA papier n°58
6,00 €
LMDA PDF n°58
4,00 €