La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Sa vie anthume

juillet 2005 | Le Matricule des Anges n°65 | par Éric Dussert

Jude Stéfan accorde à Tristan Hordé un long entretien. Propos d’un provocateur parsemés de naïvetés, chausse-trapes, apparences et mythologie personnelle.

Rencontre avec Tristan Hordé

Conçue comme une nouvelle pièce critique consacrée à l’œuvre et au personnage de Jude Stéfan, la Rencontre organisée par Tristan Hordé une nouvelle étape du cheminement commun d’un auteur et de son exégète, déjà responsable en 1993 du Cahier J. S. (Le Temps qu’il fait) participe apparemment du dispositif historiographique imaginé par un écrivain des plus malins. D’aucuns, peu sensibles au charme du concentré de roublardise et de provocation qui émanent du plus célèbre écrivain de Bernay après Jean de La Varende historiquement, ont lancé des adjectifs moins élégants que celui-ci. On a pu lire ainsi les mots « snobs » ou « dandy » à propos d’un Stéfan présenté en filigrane comme un astucieux promoteur de son œuvre, de son image, de sa personne, de sa biographie et de son talent.
Il faut n’avoir senti ni l’humour jaune, ni la solitude, ni l’angoisse de Stéfan pour taxer son attitude et ses propos de snobisme. Il faut parfois résister aux apparences, fussent-elles nippées de machiavélisme ou nimbées de manipulation. On pourrait, par exemple, se pencher un peu au-dessus de la margelle du puits J.S. et contempler, tête en bas, le reflet de « l’incessant tournoiement des corbeaux dans le ciel ». Car Jude Stéfan, appelant de tous ses vœux la mort, le suicide, la solitude, la singularité de l’artiste figé dans une attitude dédaigneuse, s’enquiert essentiellement de l’attention qu’on lui porte. Quoiqu’on en dise, le provocateur cherche plus souvent la tendresse que les horions. Encore faut-il y songer.
Il faut se souvenir aussi du parcours de Stéfan, personnalité complexe plutôt que sombre nul doute qu’il préférerait que l’on pose ici l’adjectif « obscure », déniché par Marcel Arland et Georges Lambrichs, lié à Jean-Philippe Salabreuil et au groupe des Cahiers du Chemin (Trassard, Réda, etc.), pour imaginer à quel point notre époque doit le laisser perplexe et désemparé. Dans son goût répété des « modernes » mais qui plus que lui rend grâces aux Anciens qu’il déshabille pour les habiller encore ?, dans son désir de plaire aux jeunes auteurs les plus manifestement cérébraux, se manifeste sans doute son désir d’excellence et de différenciation sociale, lequel exprime plus que tout son engagement en faveur de « l’art pour l’art » (mais aussi du football) et de la mission sacrée de l’artiste (lequel, professeur à la retraite, paraît avoir aimé ses élèves pour ce qu’ils étaient), soit la vieille rengaine des symbolistes auxquels on le voit bien mal allié. Pour autant, un auteur doit-il garantir la moindre cohérence ? La fantaisie n’est-elle pas toujours sa vérité première, le gage de sa singularité et son unique capital ?
Adepte de la transformation subtil des formes littéraires, Jude Stéfan est un écrivain dont on devine à la lecture les jouissances et cérébrales et sentimentales. Il en coûterait de les admettre. Aussi, choisit-on de ne pas prendre pour argent comptant ses contes et légendes d’un vieil atrabilaire élitaire et rassis. D’ailleurs, le volume de Tristan Hordé offre, en compagnie d’un entretien thématique largement pourvu de moments savoureux, assez d’extraits de son œuvre pour que ceux qui ne l’auraient pas encore lu comprennent à quel grave et subtil farceur ils ont affaire. Jude Stéfan snob ? Que nenni. Vieux prof aigri ? bien moins encore : « à mon âge l’on est usé. J’expie les années de croyance » écrivait-il, il y a vingt ans, dans Gnomiques. Jude Stéfan, brillant mythifieur, cherche aujourd’hui dans le noir la deuxième marche de sa postérité et, tout à tâtons, va buter du nez contre la cloison… Il ne s’est pas aperçu qu’il est parvenu au palier.

Rencontre avec Tristan Hordé
Jude Stéfan
Éditions Argol
205 pages, 23

Sa vie anthume Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°65 , juillet 2005.