La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse In memoriam

octobre 2005 | Le Matricule des Anges n°67 | par Malika Person

Ce beau roman est l’évocation du souvenir d’un être cher par une petite fille de 10 ans. Lou raconte sa rencontre avec Fanny, les instants qui ont bouleversé sa vie d’enfant jusque-là à l’écart du monde. Elle accueille cette métamorphose comme une évidence. « On l’a su tout de suite. Dès les premiers mots entre nous. Il n’y a pas d’explication à ça. Et, plus tard, on se l’est promis : c’est pour la vie. Entière. »
L’écriture de Kéthévane Davrichewy donne à cette évocation en partie onirique le sentiment d’un doux mouvement ondulatoire qui rappelle la majesté des animaux de la savane (la lionne, la gazelle), souvent évoqués dans les rêves éveillés des petites filles. Les phrases courtes, un seul mot parfois, contiennent toute la beauté des émotions de Lou. Les mots glissent, apparaissent furtivement comme chuchotés dans un souffle. « Nous deux, c’est une chance. Il y a plein de gens dans le monde à qui ça n’arrive jamais. (…) Et moi, ça m’est arrivé. Fanny. »
Un jour tout bascule, Lou n’aura plus aucune nouvelle de son amie. La séparation est brutale. L’annonce de la mort de Fanny lui fait l’effet d’une gifle magistrale et l’oblige à affronter la dure réalité : devoir vivre sans elle. La brièveté des phrases prend alors à ce moment du récit une autre dimension. Elle traduit la difficulté de Lou à respirer, à retrouver son souffle. Le rythme s’emballe, plus rapide, plus saccadé, jusqu’à l’apaisement final.
J’aurai une ferme en Afrique est un récit d’une grande force émotionnelle. Écrit tout en retenue, il dévoile les sentiments de Lou avec une infinie délicatesse et sans tristesse.

J’aurai une ferme en Afrique
de Kéthévane Davrichewy
L’École des loisirs, « Mouche », 45 pages, 6,50

In memoriam Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°67 , octobre 2005.
LMDA papier n°67
6.50 €
LMDA PDF n°67
4.00 €