La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mémoire en exil

novembre 2005 | Le Matricule des Anges n°68 | par Hélène Pelletier

Une femme regarde bravement sa mère perdre beaucoup de son autonomie suite à un accident cérébral et nous fait avec lucidité le récit à la fois poétique et énergique, sans pitié mais ému, de ses questionnements, de ce qu’elle voit de près se vider de vie, de mémoire et de conscience. Elle nous peint un portrait maternel réaliste, où l’admiration, en hommage, osera côtoyer honnêtement et habilement le dégoût.
Elle témoigne et raconte en s’adressant à celle qui bien avant de l’exaspérer et de tant l’émouvoir, l’amusait : « Nous nagions avec toi jusqu’à la pointe et séchions au soleil, dans les odeurs d’amande et de praline brûlée (…) nous pavanions comme des reines de Saba… tes longs cheveux entortillés dans le creux de ton dos, où ont-ils disparu ? » Ce que l’enfant adulte verra mourir en la mère sera aussi, comme on peut l’imaginer, la perte d’une partie d’elle-même, et cet égarement, matière première du roman de Catherine Soullard, sera rendu en splendeur, avec tant de crédibilité qu’il nous fera plutôt bien oublier la saturation du sujet et de légères maladresses. Cette mère désormais mangeuse monstrueuse de petits gâteaux à la langue pendante sans raison apparente, oubliant les mots, les bonnes manières, la nécessité de vivre, de rire, est-elle bien la réelle mère ? Les souvenirs sont-ils davantage vérité ? Le sens de cette mémoire exilée que sont le passé et le vocabulaire oubliés est alors avec force remis en cause. « On ne te veut plus, on ne t’invite plus. Tu es un bébé énervant qu’on soigne et qu’on protège. Rien ne sera plus réciproque », mais voilà un tableau délicat qui rend justice, un roman qui ose la franchise et y réussit.

Palmito d’Évian de Catherine Soullard
Calmann-Lévy, 131 pages, 10

Mémoire en exil Par Hélène Pelletier
Le Matricule des Anges n°68 , novembre 2005.
LMDA papier n°68
6,00 €
LMDA PDF n°68
4,00 €