La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Tumultueux Vietnam

janvier 2006 | Le Matricule des Anges n°69 | par Delphine Descaves

Dans ce roman sensuel et cru, vibrant et sombre, Duong Thu Huong nous conte trois vies cruellement bousculées, et réinvente un poignant triangle amoureux.

Miên, une jeune et très belle femme du Hameau de la Montagne, tombe nez à nez avec un homme qu’elle ne reconnaît pas immédiatement : il s’agit de Bôn, son premier mari. Parti combattre contre les Américains (le récit se situe plusieurs années après la fin de la guerre du Vietnam), il avait été donné pour mort depuis longtemps. Or Miên s’est remariée avec le tendre et riche Hoan, dont elle a eu un fils, et elle mène une existence épanouie. Dès les premières pages, lors du terrible face-à-face avec ce revenant, avec « ce corps noir, cette peau et ces lèvres cadavériques », l’auteur nous entraîne dans une prose incroyablement imagée, aux métaphores inventives, une langue généreuse, où les sons de la Nature, ses odeurs et les réminiscences qu’elle éveille, se mêlent sans cesse aux sentiments des personnages. La romancière n’en verse pas pour autant dans la préciosité ou la poésie facile : les descriptions des êtres et des lieux frappent au contraire par leur précision, par l’attention au monde dont elles témoignent. Ce regard aigu se porte d’abord sur le destin de ces trois personnages principaux, dont nous suivons les vies et le cours douloureux des pensées. Miên, à la fois par honnêteté et soumission à la tradition, décide de retourner vivre près de Bôn, qui, réduit à la plus grande pauvreté, n’a à lui proposer qu’une maison misérable qu’il faut partager avec une sœur repoussante. Silencieuse devant cette épreuve, glaciale et absente dans le lit aux côtés du survivant, Miên reste énigmatique : elle a certes décidé de suivre son premier mari, dans un acte de soumission à ce pays qui a élevé au rang de héros tous les combattants pour l’indépendance, et dont le communisme rigide s’insinue jusque dans les chambres à coucher. Mais n’est-elle pas, aussi, la proie d’une certaine forme, plus obscure, de masochisme ? Bôn, ravagé physiquement, ruiné moralement, aime encore sa femme et tente de la reconquérir charnellement, malgré une humiliante impuissance. Hoan, quant à lui, tente de survivre au départ de Miên, et lutte contre les assauts de ses propres pulsions, qui le conduisent à de sordides mésaventures. Extrêmement sensuelle, la langue de Duong Thu Huong ancre chacun de ces trois êtres dans leur vie physique : le corps est présent partout, et il est impossible de fuir ses désirs ou ses failles.
Au-delà de ces destins que nous conte l’auteur, le roman offre une vision pleinement réaliste de la société vietnamienne. Marquée profondément par la guerre d’indépendance (en découvrant cet homme que la guerre a détruit, on pense aussitôt à d’autres récits de guerre, ceux par exemple qui furent consacrés à la Première Guerre mondiale, avec ses milliers d’hommes hébétés, vieillis précocement), sclérosée par le Parti communiste, subissant encore le poids de la famille et du village, elle laisse assez peu de place aux individus. Tout cohabite dans cet ample récit, et le Vietnam le plus prosaïque existe autant que « la jungle au vert délirant, orgueilleux, méprisant, un vert féroce, empoisonné » ou que la Nature odorante, enivrante, véritable appel aux sens.
L’existence, semble nous dire Duong Thu Huong, est un flot ininterrompu de sensations et de souvenirs dont nous sommes le siège, où passé et présent se mêlent de façon incontrôlable. Comme tout grand roman, Terre des oublis ne se refuse rien : réalisme, lyrisme poétique, érotisme discret ou plus cru, fantastique ; différents registres se succèdent, en un récit prolifique qui nous emporte.

Terre des oublis
Duong Thu Huong
Traduit du vietnamien par Phan Huy Duong
Sabine Wespieser
éditeur
794 pages, 29

Tumultueux Vietnam Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°69 , janvier 2006.
LMDA papier n°69
6.50 €
LMDA PDF n°69
4.00 €