La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier John Berger
Une lumière dans le noir

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Emmanuel Favre

L’œuvre de John Berger apparaît comme un astre signalant les dangers auxquels nous devons faire face. Une œuvre en partage qui vise à l’essentiel, place l’humain au cœur du processus de création et nous apprend à voir le voir.

Un lit, une table, deux chaises, quelques piles de livres. La chambre, aménagée à l’étage de cette ancienne ferme, semble échappée d’une toile de Van Gogh. C’est dans cette « salle à coucher » que John Berger nous reçoit. L’homme est à la hauteur de sa réputation : attentif, hospitalier, sensible, généreux. Plutôt rétif dans un premier temps à l’idée d’accorder un entretien basé sur un rapport « journalistique », il souhaite que celui-ci déborde du cadre, qu’il soit l’occasion d’un véritable échange. Même s’il en a vu d’autres, l’exercice ne lui est pas tout à fait aisé. Il lui faut d’abord réfléchir en anglais, sa langue natale. (Ses phrases sont ponctuées par de nombreux I mean). Et puis Berger n’est pas du genre à répondre au jugé. Il marque de longues pauses, recherche les mots justes, renonce parfois au dernier moment à se jeter à l’eau, comme s’il avait peur justement de dénaturer son propos. Avant qu’une image soudain ne jaillisse.

D’ici là, votre nouveau livre, convoque quelques-uns de ceux qui vous ont aidé à vous construire, tant sur le plan artistique que sur le plan humain. Vous dites d’ailleurs qu’un nombre de vies incalculable pénètre la nôtre. Plus qu’un livre de souvenirs ou qu’une autobiographie, on a l’impression qu’il s’agit d’un livre sur la mémoire mémoire des lieux, des visages, des sensations.
Ce livre est né dans d’étranges circonstances. Je séjournais à Lisbonne lorsque j’ai ressenti de manière très forte la présence de ma mère, morte quinze ans plus tôt. Quand on commence un livre, il est rare que l’on sache de quoi il retourne. On est, sinon dans le noir, du moins dans le crépuscule. Ici, je sentais que tout le livre se jouait dans le dialogue qui s’était instauré avec ma mère, dans ce moment où elle me demandait de les traiter, eux, les morts, avec courtoisie. Il me fallait juste veiller à ne pas transformer ce requiem en une vulgaire autobiographie.

Genre dont vous semblez vous méfier en permanence. Pourquoi cette réticence ?
Tout simplement parce qu’il n’est pas dans ma nature. Je préférerais qu’on puisse y lire l’autobiographie de n’importe quel lecteur ou lectrice, une autobiographie ouverte à toutes les vies.

Après vous avoir écouté faire le récit de votre rencontre avec votre mère à Lisbonne, votre fille Katya vous conseille de commencer votre visite de « courtoisie » avec Borges. Serions-nous plongés dans une fiction borgesienne ?
J’ai une grande admiration pour Borges que je considère comme un poète majeur. Néanmoins, je ne crois pas qu’on puisse établir de comparaison. Chez Borges, tout est avant tout affaire d’érudition. Ses histoires semblent directement issues des bibliothèques qu’il fréquentait. Les miennes sont dirons-nous plus vernaculaires.

Lors de ce dialogue avec votre mère, vous lui dites que chacun de vos livres parle d’elle, au sens où les livres sont avant tout une affaire de langage et que pour vous, le langage est...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°71
6,00 €
LMDA PDF n°71
4,00 €