La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Le bonheur est dans le pré

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Malika Person

Le Petit bout manquant

Cet album, paru aux États-Unis en 1976, n’a rien perdu de sa modernité de ton. Inscrit dans la même veine poétique et philosophique (le sens de la vie) que L’Arbre généreux (L’École des loisirs, 1982), Le Petit Bout manquant relate la quête d’un cercle inachevé à la recherche de sa partie manquante. Chacune des doubles pages est illustrée de dessins minimaux noir sur blanc, un long trait la plupart du temps horizontal tracé de part en part sur lequel roule le cercle. Parfois le poète américain y a ajouté d’autres « bouts » rencontrés au cours de l’aventure, ou encore des petits insectes (un papillon, un scarabée) qui dynamisent l’ensemble de la composition graphique. Le texte lui-même renforce cette dynamique : il n’est jamais à la même place, n’a jamais la même longueur. Rien ne semble figé et au bout du compte, Shel Silverstein restitue ainsi, de manière détournée et sans artifices, l’idée même du mouvement, du déplacement.
Dans Le Petit Bout manquant, la finalité n’est pas de trouver son « petit bout manquant ». L’intérêt réside dans la quête elle-même, ce cheminement qui fait grandir, aller de l’avant.
Sans démonstration ostentatoire, Shel Silverstein excelle dans la narration des petits riens de la vie, aborde les moments difficiles de l’existence de son personnage en utilisant le mot et l’image avec parcimonie, laissant une grande part à l’imaginaire du lecteur, à l’émotion. Soulignons aussi la qualité de la traduction qui a su rendre le rythme et la légèreté du texte d’origine. Du grand art.

Le Petit Bout manquant de Shel Silverstein
Traduit de l’américain par Françoise Morvan
MeMo, non paginé, 16

Le bonheur est dans le pré Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6,50 
LMDA PDF n°71
4,00