La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Incendie espagnol

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Philippe Savary

Où habite l’oubli

Figure remarquable de la Résistance intellectuelle sous l’Occupation, Louis Parrot (1906-1948) publia à la Libération un témoignage de grande valeur, L’Intelligence en guerre. Écrivain, journaliste, traducteur, il inaugura aussi en 1944 avec son Paul Éluard la collection « Poètes d’aujourd’hui »chez Seghers. Ce fut donc un passeur de textes, mais également un amoureux de l’Espagne et de ses écrivains qu’il fréquenta avant la guerre civile.
Les huit textes qui composent Où habite l’oubli paraissent en 1944, et s’ils tissent une ode à la littérature espagnole, ils sont surtout hantés par la tragédie franquiste. Le recueil s’ouvre sur le soliloque endiablé de l’excentrique Ramon Gómez de la Serna, ou les talents de « sourcier » d’un José Bergamin, mais ce sont bien deux phares de la poésie ibérique qui illuminent son propos fiévreux, alors que « le rideau de fumée » fasciste a obscurci la Péninsule : le virtuose Federico García Lorca et le solitaire Antonio Machado. On le sait : l’un fut fusillé à Grenade en 36, l’autre mourut d’épuisement en 39, après son exil à Collioure. Tous deux représentaient l’espérance obstinée de tout un peuple. Lecteur passionné et précis, Parrot aborde ces œuvres avec clarté et un sens aigu du vivant. Voici Lorca l’Andalou, et son regard « magnétique », sa palette de couleurs, ses « métamorphoses de la fatalité ». Voilà Machado le Castillan, qui rêvait « de se faire comprendre par les pierres mêmes de la rue » et dont les vers, simples et incantatoires, portaient l’ombre de sa mélancolie. Mais Parrot n’oublie pas le tribut payé par ces messagers de l’espoir, et c’est avec la douleur au cœur, souvent poignante, qu’il se prête à ces exercices d’admiration.
Le livre se termine sur un silence assourdissant. Il s’agit de la description d’un camp où s’entassent des réfugiés républicains, « un désert inhumain habité seulement par les chardons et la pluie ».

Où habite l’oubli de Louis Parrot
Farrago, 152 pages, 18

Incendie espagnol Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6,00 €
LMDA PDF n°71
4,00 €