La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Rien que ça ?

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72 | par Gilles Magniont

De la pornographie

Le pornographique est « simplement courageux, clair, limpide, en sa répétition infinie des gestes du sexe au regard : il est lumineux. » Georges Molinié nous mène jusqu’à cette étonnante apologie conclusive avec une remarquable attention. Car le sujet tient visiblement au cœur de cet universitaire dégagé des normes, car il s’agit d’un terrain déjà scruté « sous toutes les coutures », car les réticences du lecteur et de la lectrice sont à prévoir et comprendre. On sait que l’appétit de représentations crues est souvent pensé en relation avec la pulsion de mort, et l’on dit même que le siècle du X fut comme par hasard celui des charniers ; mais, objecte Molinié, n’est-ce pas justement des corps que voulurent « annihiler » les nazis, acharnés à effacer les cadavres mêmes ? Cessons donc de perpétuer les systèmes qui sacralisent abusivement la raison, restons « au ras de l’humain » : c’est là que l’auteur entend rétablir un matérialisme du corps vivant et poser quelques questions. « On peut se demander quelle envie, quel titillement particulier poussent les intellectuels à travailler la question pornographique : c’est du même ordre (…) que de se mettre à travailler sur l’accusatif en grec homérique ? » Non, car on manifestera toujours « un minimum de réaction physiologique à la chose ». Ce minimum-là, il s’agit alors de lui rendre toute sa dignité, de le prendre infiniment au sérieux : la présence paradoxale qu’offre la pornographie, cet intime qui vient se mêler à l’autre « rien de plus proche, de plus exposé, de plus fragile ; et rien de plus lointain, de plus inaccessible, de plus inatteignible » pourraient être le meilleur moyen de penser l’art. C’est dans cette optique que viennent ici à être délicatement distingués, à la racine de l’émotion pornographique, « et la sensation de voilà l’absolu et le constat de c’est absolument rien que ça ».

De la pornographie de Georges Molinié
Éditions Mix (28, av. de Laumière 75019Paris)
76 pages, 7

Rien que ça ? Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4,00