La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Éloge de la poésie

septembre 2006 | Le Matricule des Anges n°76 | par Nycéphore Burladon

Astrophil et Stella (suivi de) Défense de la poésie

L'Amoureux de l'Étoile et l'Étoile
Editions Or des fous

On doit à L’Or des fous une belle édition de la première grande suite de sonnets amoureux de l’époque élisabéthaine. Aussi célèbre que celle de Shakespeare, à l’autre bout de la même période, elle est constituée de 108 sonnets et de 11 chansons, et fut composée entre 1580 et 1584 à la gloire d’un amour impossible. Elle ne parut toutefois qu’en 1591, soit cinq ans après la mort de son auteur, Philip Sidney (1554-1586), grand aristocrate anglais, ambassadeur, traducteur, guerrier et l’un des plus grands poètes européens de la Renaissance. Sans renier Pétrarque et Ronsard, ses modèles avoués, Sidney donne ici naissance à une tradition spécifiquement anglaise du sonnet et, par la même occasion, à la plus grande partie de la poésie élisabéthaine. L’hymne à l’amour, à ses joies et à ses douleurs, se double par ailleurs d’un véritable art poétique… que l’autre texte de Sidney publiée dans cette édition, Défense de la poésie (1595), permet d’approfondir. Il s’agit du premier texte critique d’importance publié en Angleterre, qui examine la totalité des formes, de l’histoire, de la place et des fonctions de la poésie, et s’attache en outre à réfuter les principales critiques adressées à la poésie. Sidney se détache radicalement de l’esthétique néo-platonicienne de son époque, qui reposait sur la recherche de la proportion et de l’harmonie, et confie à la poésie la tâche immense de trouver le beau, le bon et le vrai dans les phénomènes naturels et non plus dans l’éther des idées ! De l’art d’avoir du « nerf poétique »…

Astrophil et Stella & Défense de la poésie
de Sir Philip Sidney
L’Or des fous éditeur, 250 pages, 20

Éloge de la poésie Par Nycéphore Burladon
Le Matricule des Anges n°76 , septembre 2006.
LMDA papier n°76
6.50 €
LMDA PDF n°76
4.00 €