La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger De l’idiotie

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Jérôme Goude

Le Livre du cimetière

À Komárno, petite ville slovaque, Gusto Rühe, témoin des exactions commises par les communistes, vivote. Au moyen d’Adular, une pierre aux pouvoirs sibyllins, il prédit à l’idiot du village, Samko Tále, qu’il sera l’auteur du Livre du cimetière. Momentanément privé du chariot l’aidant à transporter les cartons qu’il glane, Samko condescend à l’écriture et s’applique à brosser un tableau au vitriol des mœurs de son pays. Délateur raciste et homophobe, ennemi juré de la « démocrassie », il proclame ce que d’aucuns taisent : « Dans notre famille, il n’y a pas eu un seul pédé ou lesbienne, car autrement quelle honte, mais par bonheur nous avions une très bonne famille à l’égard des pédés et des lesbiennes. »
Le Livre du cimetière est un premier roman (publié en 2000) qui relève de la gageure : son véritable auteur, Daniela Kapitánová, use d’un procédé littéraire courageux mais ô combien périlleux. En s’insinuant dans les pensées d’un simple d’esprit, elle parvient toutefois à dénoncer certains travers. Par l’entremise du soliloque de ce citoyen peu ordinaire, Le Livre du cimetière aborde des sujets contemporains divers et sérieux, tels que la partition tchécoslovaque, la cohabitation d’ethnies distinctes ou l’officialisation de la langue : « Les Slovaques sont les meilleurs du monde et la langue slovaque est la plus belle du monde. Nous l’avons appris à l’école et ils l’ont dit à la télévision, que la langue slovaque est la plus belle du monde. »
Cependant, la syntaxe rudimentaire et le discours très stéréotypé de Samko Tále ne possèdent pas la force et la virtuosité inhérentes au monologue intérieur de l’idiot faulknérien, Benjy Compson.

Jérôme Goude

Le Livre du cimetière
Samko Tále
Traduit du slovaque par Barthélemy Müller
illustré par Fero Lipták
Éditions L’Engouletemps, 174 pages, 15

De l’idiotie Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.