La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Au temps jadis

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Jérôme Goude

Le Moindre des mondes

Entre le 9 et 11 janvier de l’an 1883, un révérend diabolique, Baldur Skuggason, s’apprête à occire une renarde rousse « saisie d’une frayeur enfantine ». Deux jours plus tôt, le très charitable Fridrik, lettré et botaniste de profession, prépare secrètement l’inhumation sauvage d’Abba, une jeune Mongolienne qui n’est autre que la fille abandonnée du révérend Skuggason. Le 11 janvier, le coup interruptus part, tue l’innocente renarde et déclenche une avalanche qui emporte dans une double chute ce père peccamineux et lâche. Le pasteur échoue alors dans une grotte où il agonise et, miraculeusement, converse avec la renarde ressuscitée. Au terme de ce débat électrique, Baldur le Cauteleux poignarde la revenante, la dépèce, mange son cœur, se revêt de sa peau et se métamorphose en renard lubrique.
La structure de cette fable, factice et alambiquée, crée un effet d’attente et de surprise digne des plus mauvaises séries B américaines. Le refus de toute psychologie et le recourt à l’ellipse, au lieu d’apporter souffle et contraste, donnent encore plus d’épaisseur à un propos qui, en lui-même, confine à la réplétion. Comme le titre l’indique, le monde très manichéen de Sjón (parolier de Björk et ami de Lars von Trier) n’a strictement rien à voir avec celui de Pangloss, encore moins avec celui de l’Île aux enfants. Non, ce monde-là ferait plutôt penser au mythe de la caverne. Sans la lanterne de Socrate. Une caverne dont une enseigne stipulerait que l’homme est un renard pour la renarde. Et la morale dans tout ça ? Il se pourrait qu’elle soit contenue dans une pieuse caricature montrant « le diable en train de piquer de sa fourche le tr… du c… » du pasteur. D’un autre temps… Et le moins qu’on puisse dire : n’est pas fabuliste, poète et philosophe, qui veut.

Le Moindre des mondes de Sjón - Traduit de l’islandais par Éric Boury, Rivages, 123 p., 11

Au temps jadis Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6.50 €
LMDA PDF n°80
4.00 €