La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Décompte mortel

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Anthony Dufraisse

Treize est un nombre qui convient tout à fait. Le compte à rebours commence ".
Dans treize jours, pas un de plus pas un de moins, il mourra. Ainsi en a-t-il décidé. Ce qui le pousse au suicide ? « Juste l’envie, quelque chose qui ressemble fort à une nécessité sans raisons ». Impérieux est son désir de traverser le miroir. Ceux qui vont lire le Salvadorien Rafael Menjivar Ochoa subiront à n’en pas douter le pouvoir de cette confession, fussent-ils en chemin effrayés par ce texte désordonné, noir, brûlant. Un homme qui se dit écrivain parle de sa mort prochaine. La peur de la mort paraît ne plus exister pour lui depuis qu’enfant il a mis à mort toute peur. D’une enfance martyrisée il semble garder une trouble fascination pour la violence. Greffier de ses idées noires, il tient des cahiers où se succèdent les sens possibles que pourrait avoir cette mort programmée. Dans cet homme qui consigne noir sur blanc ses états d’âme, il y a du Werther. Veut-il, écrivant cette sorte de testament, créer les conditions intellectuelles qui justifieront son acte ? De fait, ce livre donne souvent l’impression d’une cérébralité excessive que tempère cependant un humour acide et nerveux. Lecture achevée, quelle conclusion tirer ? Que la vie est à ce point absurde que seule la mort volontaire l’éclaire ? Se donner la mort serait lui donner un sens. C’est là soigner l’absurde par l’absurde ; libre au lecteur d’adhérer à ce genre de morale. D’autant plus discutable que du désir de mort au délire, il n’y a qu’un pas, comme on le verra. Aussi bien la fascination de ce livre lancinant, au suspens chronométré, réside-t-elle ailleurs : dans sa lucide confusion, son souci de tout dire, cruauté et candeur, cynisme et tendresse. Un livre d’une extrême tension.

Treize de Rafael Menjivar Ochoa - Traduit de l’espagnol par Thierry Davo, Éditions Cénomane, 188 pages, 18

Décompte mortel Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6.50 €
LMDA PDF n°80
4.00 €