La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Au royaume de l’enfant

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Laurence Cazaux

Le Marin d’eau douce

Superbe histoire d’enfance que livre là Joël Jouanneau. Nous sommes à Pré en Pail, c’est écrit en tout petit sur la grande carte de France, faut bien chercher, mais c’est écrit. Un âne et deux cabots doivent divertir l’Enfant. Mais ce dernier s’ennuie, il démonte la vieille horloge pour en faire un bateau et partir en mer. Il embarque sans le savoir sa « presque sœur », Minnie, son amour, mi-sirène, mi-souris, enfermée et oubliée au fin fond du carillon. Le navire de fortune chavire, L’Enfant va devenir prisonnier des frères Grog, Hic et Blup, et se retrouver enfermé avec un presqu’Indien, l’Ardoizoo. Dans une « biographie » en fin de livre, Jouanneau avertit le jeune lecteur : « là, j’écrire cette histoire d’eau salée dans un assez bon mauvais français pour que tu la lire et tu me corriger. » Les personnages parlent souvent de travers, certains bégaient comme Hic « M’est avis dame m’est avis oui que fofo faut le sortir de là, Blup, si on veut leuleu le ficeler et ici Personne il le fera si c’est pas nous qu’on, si c’est pas nous qu’on le fait pas. » D’autres comme l’Ardoizoo déconjugue les verbes : « tu vouloir écrire ton nom sur la grande carte du monde mais il être pas si bien commode le monde il être sauvage comme puma… » et Minnie elle, est poème. Joël Jouanneau invente une formidable machine à jeu, la langue est un terrain d’aventure. L’Enfant en écrivant un journal de la Grande Fièvre, va nommer à sa façon, il va finir par se trouver un prénom. Jouanneau propose là un beau voyage initiatique, poétique, drôle, fantaisiste qui se termine en Ardoizie, pas la peine de sortir la carte de France cette fois-ci, ça existe mais seulement ici, dans le livre. L’Enfant est devenu grand, le temps d’un rêve ou d’un somme, il est devenu homme, il doit quitter l’âne et les deux cabots : « Allez va, faut te dépêcher maintenant, après le tournant Toulmonde il t’attend », emportant dans son balluchon ses rêves d’enfant.

Le Marin d’eau douce de Joël Jouanneau, illustrations de Valérie Gutton, Heyoka jeunesse/Actes Sud-Papiers, 94 p., 9,50

Au royaume de l’enfant Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°82 , avril 2007.
LMDA papier n°82
6.50 €
LMDA PDF n°82
4.00 €