La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur La tête à l’Ouest

mai 2007 | Le Matricule des Anges n°83 | par Philippe Savary

Oliver Gallmeister, 37 ans, publie des auteurs américains méconnus, et pour cause, la nature est le personnage principal de leurs livres. Les grands espaces et le « nature writing » ont trouvé un refuge en France.

Ne lui envoyez pas vos manuscrits, il ne les lit plus. « Je ne ferai pas de littérature française, explique Oliver Gallmeister j’ai besoin d’avoir une ligne éditoriale cohérente. » Son triangle d’or, c’est plutôt l’Ouest américain, les Rocheuses, le Grand Nord. Voilà plus d’un an qu’il publie des récits ou des polars ancrés sur ces terres lumineuses et solitaires « où peu de gens se soucient de connaître le nom du président en exercice », selon l’ex-Marines Jim Tenuto, l’un de ses auteurs. Et il a plutôt le nez creux. Spécialisé dans les écrits de nature (ou nature writing), le jeune éditeur a déjà sorti des limbes deux textes formidables : Le Gang de la clef à molette d’Edward Abbey, et Itinéraire d’un pêcheur à la mouche de John D. Voelker. Le premier raconte comment en plein désert quatre zozos écolos sont prêts à tout pour déloger l’envahisseur industriel ; le second montre comment des histoires merveilleuses naissent le long des rivières. Il a aussi publié le témoignage de Robert Hunter, l’un des « guérilleros » qui participa à la première expédition de Greenpeace en 1971, ou encore les Mémoires d’un trappeur aux confins de l’Alaska. Plonger dans ce type d’ouvrages, contemplatifs ou déjantés, c’est assurément conclure une sorte de trêve avec le monde ou du moins le voir autrement.
Avant de fréquenter l’Amérique, Oliver Gallmeister connut la Corrèze où il est né. Après des études à Sciences-Po, il fait son service civil en Allemagne dans une entreprise de jouets. À son retour en France, en 1997, il frappe aux portes de l’édition. « On m’a ri au nez. Je n’avais pas le profil. » À défaut des lettres, il choisit les chiffres : cabinet Arthur Andersen puis Hachette. « Ma vraie vie devait être ailleurs », sourit-il. En 2005, il quitte la finance. Et monte cette fois son projet, avec le soutien de deux éditeurs : Laurent Beccaria (Les Arènes) et Anne-Marie Métailié. Six mois plus tard, une structure de distribution, le CDE, accepte son dossier. « Je savais calculer un point-mort : il fallait vendre 1500 livres. Je ne pouvais pas exister sans distributeur. Avec les droits et les coûts de traduction, la littérature étrangère est 30 à 40 % plus chère que la littérature française. »
Seize mois après son lancement, la maison d’édition semble avoir trouvé son lectorat. « Les neuf premiers titres se sont vendus en moyenne à 3 000 exemplaires », annonce-t-il. Le jeune homme ne manque ni d’ardeur ni d’idées. Il approvisionne lui-même les magasins Natures et découvertes. Et entre Vannes (le domicile) et Paris (le siège) où il se rend un ou deux jours par semaine, il lui reste un peu de temps pour promener sa mouche sur les eaux de la Sarre. Ce mois-ci, il sort de nouveaux récits halieutiques de Voelker, et un polar de William G. Tapply. Et annonce « avec fierté » qu’il publiera en septembre Le Livre de Yaak, des chroniques du Montana de Rick Bass.

D’où vient votre goût pour le nature writing ?
J’ai toujours été un lecteur...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°83
6.50 €
LMDA PDF n°83
4.00 €