La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier William Cliff
Les chemins sauvages

mai 2007 | Le Matricule des Anges n°83 | par Thierry Guichard

Fils de la guerre et d’une famille nombreuse, William Cliff vit son enfance dans un sentiment d’effroi face à l’autorité du père, à l’intimidation religieuse, et aux troubles de la sexualité. Sa poésie naîtra de sa rencontre avec le poète Gabriel Ferrater.

Pour ce que l’on connaît de la fédération helvétique, c’est à la Suisse qu’on pense lorsqu’on marche depuis la gare de Gembloux (au sud-est de Bruxelles) vers la maison que William Cliff habite depuis deux ans. Pelouses tondues à ras, haies taillées au cordeau, berlines rutilantes rangées bien parallèles aux trottoirs : la Belgique ici affiche un confort domestique de cartes postales. Les maisons s’embellissent de vérandas lumineuses, toutes semblent avoir été l’œuvre d’architectes de bon goût. On ne croise guère de monde au mitan de cet après-midi écrasant de chaleur qui fait penser à ces vers : « aujourd’hui la chaleur est accablante/ et la ville est à l’état de fournaise/ je n’ai plus fort de force pour étendre/ des vers trop clairs peut-être des fadaises » (Fête nationale). Une petite chapelle sert de repère ici, on tourne à droite, la route se prolonge plus loin en un chemin qui court rectiligne et propre à travers champs. La demeure de notre hôte est l’avant-dernière de la rue. Bâtie de plain-pied, plus modeste que celles qu’on aura longées, elle se prolonge d’un grand jardin d’herbe. Dans le garage, une deux-chevaux perd lentement son huile : elle a cessé d’attendre l’examen d’un contrôle technique : « la deux-chevaux c’était pas confortable/ ça craquait et crissait sous notre poids/ soudain le jour parut dans les crevasses/ des nuages et fourbus on s’en alla/ pour recoucher sur leur couche ordinaire/ la solitude atroce de nos chairs » (L’État belge). Poète de la solitude, William Cliff est donc venu s’installer : « à la villa Astrid exposée aux grands vents/ là-bas sur le plateau hesbignon plein de boue/ près de ce cèdre énorme pliant sous les souffles/ avec derrière ce jardin nu et cruel… » (Immense existence). La maison appartient à l’un de ses frères, et comme il est dit dans le poème : « c’est là que j’ai trouvé refuge c’est là que/ je devrai persister que je devrai dormir/ dans un lit d’une seule personne aspirer/ l’air d’une chambre où je n’espérais jamais être ».
L’homme qui nous reçoit aime marcher même si sa démarche, dans son étrange balancement, hésite entre celle d’un Charlie Chaplin et celle d’un homme léger et ivre. Il propose d’aller voir comment va un cheval de trait immense et doux dont il a parlé dans un texte à paraître dans la revue Europe consacrée à Franck Venaille. On longera, après un premier champ, une ancienne voie ferrée. La maison du garde-barrière s’est agrandie de deux ou trois « kots » comme on appelle ici les chambres pour étudiants. La balade nous conduit devant une sorte de table d’orientation historique : une carte figure sur le marbre la bataille de Gembloux de mai 1940 où périrent ensemble Français et Marocains. De là, le haut bâtiment qu’on voit surplomber la ville dans sa cuvette, c’est la clinique fondée par le père de notre hôte. En venant, on est passé devant la propriété où le poète vécut une partie de son enfance : grande bâtisse bourgeoise au cœur d’un parc, sur quoi un promoteur...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°83
6.50 €
LMDA PDF n°83
4.00 €