La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Je me souviens

mai 2007 | Le Matricule des Anges n°83 | par Emmanuel Laugier

Aucun signe particulier

Paru en 2000, Un même silence rassemblait pour la première fois (Bernard Vargaftig n’ayant alors jamais écrit que des livres en vers) douze ans de proses, et sept lieux d’enfances : Toul, Villiers-sur-Loir, la rue Montmailler, Limoges, Buzançais, Le Rieu, Nancy. On y traversait les places de chacun, la peur au ventre. L’enfant, en 1945, devait cacher son nom, en dire un autre, et dans cette double rature, inventer à toute vitesse une solitude qui ne le perdit pas. Ces proses, comme celles aujourd’hui d’Aucun signe particulier, en sont les réponses exactes, de « L’Aviateur » à « Faites la liaison » en passant par « Chauve-sourire » ou « Pas de photo », les perceptions sont dévidées à fleur de peau, comme les séquences d’un film où l’on se serait subrepticement glissé. L’auteur, comme en une sorte de montage très serré d’images, passe d’une situation à une autre, superposant à certaines descriptions, les ressentis troubles, aux échelles souvent lacunaires, non-réalistes, de l’enfance. Dans l’anonymat, dans les jeux interdits, face à la crainte de la milice, face à celle des noms tus à ne pas prononcer, le narrateur avoue : « J’avais peur du noir, faites comme si je n’étais pas là, j’aurai peur du noir jusqu’à ce que je te connaisse. Le lendemain, nous sommes allés au cinéma pour nous embrasser. Il fait noir et je ne t’ai rien dit encore. (…) Tu es née un 17 mai. Tu tiens mon bras et je t’aime. » Ces proses sont des accélérations où s’entrecroisent les mémoires vives d’un contact avec le monde naissant. Des sortes de monologues flashés, où l’écriture ténue de Bernard Vargaftig touche une haute intensité.

Aucun signe particulier de Bernard Vargaftig
Obsidiane, 76 pages, 13,50

Je me souviens Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°83 , mai 2007.
LMDA papier n°83
6,50 
LMDA PDF n°83
4,00