La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Brigitte Giraud
Séparations

juin 2007 | Le Matricule des Anges n°84 | par Thierry Guichard

Ce sont onze nouvelles, parfois très courtes qui sont rassemblées ici sous un titre emprunté au chanteur Dominique A. Onze textes pour dire la séparation amoureuse. Qu’elle soit consentie ou contrainte, envisagée, effective ou entérinée. De l’histoire d’amour troussée en procès final où chaque signe est convoqué pour confirmer que la fin est proche, aux faits divers où la mort paraphe le définitif de la séparation, c’est toujours avec une voix singulière que Brigitte Giraud explore ces retours à la solitude. Il y a ici de beaux textes, comme cette lettre au père (« La Juste Place ») qui revendique une liberté face au deuil, des récits justes comme « L’Été de l’attente » qui évoque la mort de Marie Trintignant avec une vraie compassion pour les deux victimes. Il y a aussi de l’ironie mordante à dévoiler les stratégies du désamour. Ainsi dans « Dire aux enfants », où il s’agit d’annoncer le divorce en deux phrases, « deux phrases qui vont tuer quelque chose en eux, après qu’est mort quelque chose en nous. » Et puis, il y a une dernière lettre, belle déclaration d’amour au disparu, qui donne à l’ensemble une unité plus souterraine. Brigitte Giraud trouve des rythmes singuliers qui usent souvent de l’apostrophe ou de l’adresse pour tenter de dire l’infime qui fait les catastrophes. L’Amour est très surestimé n’est certes pas son livre le plus important, mais il montre, s’il en était besoin, le talent d’une fine observatrice.

L’Amour est très surÉstimé
Stock, 91 pages, 11

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°84
6.50 €
LMDA PDF n°84
4.00 €