La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Voyage au bout de soi

septembre 2007 | Le Matricule des Anges n°86 | par Sophie Deltin

Wert et la vie sans fin

Rien de plus aisé que de perdre pied dans la prose efflorescente de Claude Ollier dont l’audace littéraire, dans la veine exploratoire du Nouveau Roman, repousse de livre en livre toujours plus loin les limites de la narration. Dans Wert et la vie sans fin qui vient clore le cycle de « quatre récits de couleur mythologique » après Wanderlust et les Oxycèdres (2000), Préhistoire (2001) et Qatastrophe (2004), le lecteur doit en effet accepter de frayer sa voie et de naviguer à vitesse variable dans des espaces disloqués, des temps indécidables, quitte à se perdre dans « un lacis de propositions évasives à syntaxe aléatoire ». Phrases troglodytiques ou vrillées, images brisées ou dilatées, la narration heurtée de ce texte ardu et déroutant s’articule pourtant principalement en deux moments : le premier met en scène Wert, volontairement reclus dans une cellule de ce qui semble être un refuge spécialisé pour anciens vétérans, où entre fulgurances d’un passé « révolu avant d’éclore » et ressassement d’un effroi resté sans nom, il tente de « renouer avec le mot », traquant pour s’en libérer les épisodes d’une guerre qui l’a profondément marqué. La deuxième partie montre Wert passé « dans l’au-delà du deuil », en route cette fois vers un lieu indéterminé et mystérieux, qui le conduira à l’Est et plus encore, vers ce qui apparaît comme « l’autre côté » de lui-même. De ce voyage initiatique tendu vers l’inconnu, aux marges périlleuses de l’invention de soi et des « noms qui sonnent vierges à (l’) oreille », se dégage l’étrange singularité d’une écriture qui tissée dans les légendes et les récits d’un passé mythique, semble soucieuse de « polir le grain de l’âme ».

Wert et la vie sans fin de Claude Ollier
P.O.L, 224 pages, 15

Voyage au bout de soi Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°86 , septembre 2007.
LMDA papier n°86
6.50 €
LMDA PDF n°86
4.00 €