La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Bodanubleu

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Virginie Mailles Viard

Le roman s’ouvre comme une farce gargantuesque : le petit monde lisse et brillant de nos écrans télés se retrouve autour d’une table pour se faire proprement lécher le derrière par notre narrateur, Balthazar. Il dresse derrière chaque croupion le portrait féroce du léché. « Je m’attaque à la Carlan (…) rien n’est plus abominable que de fouiller le derrière d’un varan. Ca va être de la lèche syndicale. Je vais fouiner dans les faubourgs en pensant aux beaux quartiers. » Voilà décliné en plusieurs tableaux le trou par lequel Balthazar voit le monde, un œilleton sans concession, qui ne sent vraiment pas bon. Lassé d’être le joujou sexuel d’un obèse producteur, notre rouquin l’occit et trouve dans les bras d’Egon, un bel Autrichien, la fuite rêvée. Le meurtre devient le pivot structurel du livre, qu’il divise en un Avant et un Après, un Paris et un Vienne, ville où le héros atterrit. Mais point de Sissi à l’horizon : un ménage à trois, avec Egon et Vera, et un pays sur le déclin prêt à sceller un pacte avec le diable. Récit d’anticipation ? Roman futuriste ? Blaise Gauquelin détient la plus fourchue des plumes et la guide sans détours dans les noirs recoins de nos sociétés. Et son Balthazar a tout d’un Belzébuth, prêt à tous les compromis pour accéder à la tranquillité. Alors, quand dans les bras d’un dictateur charismatique, l’Autriche danse la valse du despotisme absolu, le jeune homme courbe volontiers l’échine : les premiers pas sont ceux de l’omniprésence médiatique du toujours bronzé Chancelier, le contrôle permanent aux frontières, les tests ADN appliqués aux rares étrangers autorisés à rester sur le territoire, « L’Autriche on l’aime ou on la quitte », la fin des subventions aux associations, le travail au mérite, « Fini l’argent facile ! »… Satirique, le premier roman de Blaise Gauquelin est de salubrité publique.

Petit et méchant de Blaise Gauquelin
L’Altiplano, 252 pages, 17,50

Le Bodanubleu Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €